Un tableau exceptionnel de Toulouse-Lautrec chez Artcurial

Muriel de Crayencour
08 mai 2021

Le 29 juin prochain, le département d’Art moderne d’Artcurial présentera aux enchères une très rare œuvre d’Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901). Intitulée Une opération par le Docteur Péan à l’Hôpital International, elle est réalisée en 1891 et offerte cette même année par l’artiste à son médecin Frédéric Baumgarten, qui y est représenté. Redécouvert récemment, ce chef-d’œuvre est resté depuis sa création dans la même famille. Estimé 600 000 - 900 000 €, il s’agit d’un témoignage exceptionnel du milieu hospitalier de l’époque dont l’artiste, souffrant de pathologies importantes, était familier.

Ce tableau est exceptionnel à plusieurs titres. Réalisé en 1891, il est resté jusqu’à ce jour dans la même famille, celle du médecin de l’artiste à qui il fut offert cette année-là, Frédéric Baumgarten, lequel figure lui-même au fond de la composition, de face. Exposé une seule fois en 1914, il s’agit d’une redécouverte importante.

Cette œuvre est aussi unique par son sujet : elle figure une opération chirurgicale dans un hôpital parisien à la fin du XIXe siècle. Toulouse-Lautrec est en effet plus connu pour ses représentations de cabarets, de maisons closes, de rues de Paris ou encore de chevaux. On ne connaît que deux autres peintures ayant trait au domaine hospitalier dans l’œuvre de Toulouse-Lautrec : le portrait du Docteur Péan dans Une opération de trachéotomie de 1891, aujourd’hui au Clark Art Institute de Williamstown aux Etats-Unis, et un Examen à la faculté de médecine de Paris, 1901, du Musée d’Albi. Ce tableau est ainsi le seul sur ce sujet encore en mains privées à ce jour. Très peu d’artistes de l’époque ont dessiné ou peint l’univers hospitalier. Grâce à Frédéric Baumgarten, son médecin, et au docteur Péan, chirurgien réputé de l’époque qu’il connaît, Toulouse-Lautrec est autorisé à assister à une opération.

Il s’agit d’une œuvre au style très abouti et particulièrement représentatif de l’art de Toulouse-Lautrec par l’écriture très vive, la palette colorée et l’art unique de saisir dans l’instant la scène se déroulant sous nos yeux. Des œuvres de cette qualité ont rarement été présentées sur le marché français. Il faut remonter aux années 1990 pour trouver sur le marché parisien la vente d’un tableau aussi complet de l’artiste. « L’exceptionnelle qualité de cette peinture, tout autant que son sujet et son historique, nous placent devant l’une des œuvres les plus singulières de Toulouse-Lautrec. Sans aucun doute l’une des plus importantes de l’artiste présentées sur le marché parisien depuis de nombreuses années », explique Bruno Jaubert, directeur de la section Art impressionniste & moderne chez Artcurial.

Lorsqu'Henri de Toulouse-Lautrec réalise cette œuvre en 1891, il a 27 ans. Le monde hospitalier lui est familier car, depuis son plus jeune âge, il souffre de multiples pathologies. A 10 ans notamment, une maladie génétique affectant ses os entraîne un retard de croissance. Suite à un accident, il ne dépassera pas la taille d’1,52 m. En 1891, il est donc suivi par son médecin Frédéric Baumgarten et connaît le docteur Péan, chirurgien reconnu de l’époque, qu’il est autorisé à suivre dans ses opérations et dont il croque sur le vif ses interventions.

Pour le peintre d'Au Moulin-Rouge et des bals parisiens, le sujet a de quoi surprendre. Ce jour-là, il réalise cette œuvre en pleine salle d'opération. Il l’offrira à son médecin en guise de reconnaissance de son travail et en hommage au corps médical. La profondeur de ce tableau est très intéressante. Au premier plan figure un infirmier de dos accompagnant un patient allongé sur un brancard. Au second plan, la scène de l’opération est représentée avec, au centre, le docteur Péan, en noir, debout, de dos, penché sur son patient, en train d’opérer. A sa droite se trouve une infirmière et à sa gauche un assistant qui lui donne le matériel. Tout autour, des médecins assistent à l’opération.

Au dernier plan, l’artiste représente les grandes fenêtres qui apportent la lumière au chirurgien, mais surtout Frédéric Baumgarten, qui assiste à la séance. Il est représenté debout, de face. Il s’agit du seul visage réalisé de façon à ce qu’on le reconnaisse. Interne à l’Hôpital Saint-Louis dans le service du docteur Péan, Frédéric Baumgarten prendra la direction de l’Hôpital Français de Mexico jusqu’à sa mort en 1910. Frédéric Baumgarten possédait quatre œuvres de Toulouse-Lautrec, dont une peinture de 1893, La Macarona en costume de Jockey, qui est aujourd'hui dans la collection de l’Art Institute de Chicago, La Goulue et Femme de Maison, aujourd’hui dans des collections particulières, et enfin Une opération du Docteur Péan à l’Hôpital International, proposée à la vente le 29 juin prochain, la dernière à être restée dans la famille du médecin jusqu’à ce jour.

www.artcurial.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.