Stephan Goldrajch : Happy together

Mylène Mistre-Schaal
04 mars 2021

Stephan Goldrajch tricote le bonheur chez Baronian Xippas jusqu’au 3 avril. Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie, l’artiste bruxellois présente des œuvres foisonnantes où, d’un fil libéré, il tisse un univers aussi joyeux que régressif peuplé d’êtres bariolés et souriants.

A même la toile s’agglutine une grappe de faces souriantes en laine crochetée. Comme autant de smileys, soleils, fleurs mais aussi cuisses de poulet, étoiles et autres bananes s’entremêlent et emplissent l’espace d’une joyeuse cacophonie. Avec ce nouvel accrochage, l’artiste plasticien Stephan Goldrajch propose une version aussi contemporaine que débridée de l’art du tricot. Une farandole de napperons sous LSD, qui dépoussière sérieusement l’art de nos grands-mères.

D’une toile à l’autre, ces œuvres livrent leurs détails dans une sorte d’ivresse carnavalesque faite de fils pailletés, laines chinées et brins de laine rehaussés de perles. Leurs compositions foisonnantes rappellent étrangement la fascination de James Ensor pour les masques. Mais alors que le maître belge les associait à l’hypocrisie et aux pires dérives de nos sociétés, ceux de Goldrajch sont investis de valeurs positives. Ils sont même de véritables Porte-Bonheur, comme nous l’apprend l’intitulé de l’exposition.

Des masques, le plasticien en réalise dès la fin de ses études à La Cambre et jusqu’à aujourd’hui. Chevelus, poilus, parfois biscornus, faits de bouts de laine et de fils de récup, ils servent avant tout ses nombreuses performances textiles et l'amènent à la rencontre du public. "Je me sens dans la peau d’un brodeur et d’un artisan dont la démarche et l’ambition sont celles de créer du lien, de générer des relations", confiait-il à Mu lors de son exposition Voodoo, en 2017 (lire notre article). Dans le même esprit, la série Porte-Bonheur présentée chez Baronian Xippas évoque un monde fantastique, animé de rituels magiques. Une communauté d'êtres de tout poil qui attendent que notre imagination, en s'y projetant, leur donne vie. 

Derrière leur apparente naïveté un brin kawaï qui rappelle parfois le graphisme des enfants, ces gri-gris expriment une certaine philosophie du bonheur. Crochet addict généreux, Stephan Goldrajch nous ouvre les portes d’un monde parallèle, coloré et inventif, tactile et ludique. Un kit à rêve bien nécessaire en temps de pandémie !

 

Stephan Goldrajch
Porte-Bonheur
Galerie Baronian Xippas
33 rue de la Concorde
1050 Bruxelles
Jusqu'au 3 avril
Du mardi au samedi de 11h à 18h
www.baronianxippas.com 

 

Mylène Mistre-Schaal

Journaliste

Historienne de l’art avec un goût prononcé pour l’art contemporain, Mylène Mistre-Schaal est collaboratrice régulière pour le magazine culturel Novo. Elle écrit également pour le city-magazine français ZUT et pour la revue Hermès. Co-autrice du livre L’Emprise des Sens aux éditions Hazan, elle s’intéresse tout particulièrement aux rapports sans cesse renouvelés entre l’art et les cinq sens. 

 

Articles de la même catégorie