A l’occasion de ses 50 ans, le Musée Horta présente trois expositions sur le thème de la collection, déployées dans les trois bâtiments du musée : la maison de l’architecte, son atelier adjacent et l’extension qui a été ouverte il y a trois ans. Nous avons rencontré le nouveau conservateur, Benjamin Zurstrassen.

Dans la maison de Victor Horta , une immersion dans l’atmosphère de 1905 est proposée. A partir des photographies d’époque, l’équipe du musée a placé dans différentes pièces de la maison, en particulier dans la véranda, des objets identiques à ceux que l’architecte collectionnait. S’y montre son goût pour les objets et œuvres d’Extrême-Orient et la manière dont il collectionnait et présentait ses objets. Dans l’atelier, voici une sélection de pièces de mobilier issues de la collection d’un jeune collectionneur bruxellois, Jonathan Mangelinckx, qui a réuni au fil du temps des pièces remarquables de Paul Hankar, Henry Van de Velde, Victor Horta et Gustave Serrurier-Bovy. C’est peu dire que le mobilier Art nouveau a souffert du peu d’intérêt qu’il suscitait ces dernières décennies. Il a été jeté ou détruit sans aucun égard. Sous l’étiquette Belgian Art Nouveau belge, cette collection unique a toute sa place ici. On y voit quatre chaises, fauteuils et tabourets des quatre architectes ou designers précités. Il est amusant de tenter de reconnaître son auteur sans lire le cartel.

Dans l’extension qui accueille aujourd’hui la réception, le shop, on découvre l’exposition montée par la créatrice Elisabeth Horth. Elle y présente des broderies qui sont des portraits de douze collectionneurs qu’elle étudie depuis des années. Ceux-ci ont prêté des œuvres d’époque Art nouveau : chaises, tables, penderie, vases, bijoux et autres pièces. Horth reprend l’objet prêté sur une grande broderie faite pour l’exposition, expliquant comment il est placé dans la maison du collectionneur.

Nous rencontrons Benjamin  Zurstrassen, conservateur du musée depuis novembre 2018. Celui-ci, passionné par les arts appliqués, après un master en histoire et en histoire de l’art ainsi qu’une candidature en philosophie, a travaillé en freelance comme expert en mobilier.

« Les arts appliqués sont un domaine négligé de histoire de l’art. C’est en travaillant quelques mois pour la galerie Historismus que j’ai redécouvert l’Art nouveau et la mémoire de Van de Velde.

Entré il y a quatre ans au musée Horta comme expert, je me suis occupé du fonds d’archives en partenariat avec La Cambre, entre autres pour la reconstitution de la Maison du Peuple. En 2017, j’ai travaillé sur un master plan à la fois stratégique, scientifique, pédagogique et de restauration. Ce plan m’a servi ensuite pour présenter ma candidature à la direction du musée.

Le premier chapitre de ce master plan est déjà mis en œuvre. Nous avons créé un centre didactique dans l’ancien shop. On y voit des vidéos, des plans et le documentaire qui raconte la reconstitution virtuelle de la Maison du Peuple. En décembre 2019, l’étage des domestiques sera ouvert au public, avec une vue sur la structure de l’escalier de service, remarquablement reconstruit. Dans une des chambres de bonne, on pourra voir une reconstruction 3D de la Maison du Peuple. En 2020, nous ouvrirons la salle des plâtres, avec plus de 400 moulages réalisés par Horta, au deuxième étage de l’atelier. En 2021, une chambre d’ami sera restaurée, on y verra un lit d’Horta, une cheminée et un papier peint d’époque. En 2022, c’est le bureau de Victor Horta qui sera restauré et ouvert au public.

Le musée fête trois anniversaires : les 100 ans de la vente de la maison par la veuve d’Horta, les 50 ans de son ouverture et les 30 ans du début des restaurations entamées par Françoise Aubry en 1989. L’exposition dans la maison est intéressante, car elle montre que la décoration de celle-ci était moins pure qu’aujourd’hui. Ensuite, nous prévoyons chaque année une expo historique et une expo de créateurs contemporains (la sélection se fera avec Caroline Mirop de La Cambre, Marie Pok, directrice du CID Grand-Hornu et Pascale Mussard). »

Lors de la visite, on sent en effet que le musée est en pleine mutation, pour gagner en visibilité et faire évoluer les pratiques de monstrations. Notons qu’il y a un chantier des collections, rangement et tri des archives d’Horta. Et qu’un large programme d’activités et d’animations pour les enfants et publics dits fragilisés a été mis en place.

Collection de collectionneurs
Musée Horta
25 rue Américaine
1060 Bruxelles
jusqu’au 30 juin
Du mardi au dimanche de 14h à 17h30
www.hortamuseum.be/

 

benjamin zurstrassen

Vue de l’exposition dans la maison, photo Paul Louis, (c) Horta Museum

benjamin zurstrassen

Portrait de Benjamin Zurstrassen, photo Paul Louis

benjamin zurstrassen

Vue de l’exposition dans la maison, photo Paul Louis, (c) Horta Museum

benjamin zurstrassen

Vue de l’exposition dans l’atelier, photo Paul Louis, (c) Horta Museum

benjamin zurstrassen

Collection Jonathan Mangelickx, photo Antoine Grenez

benjamin zurstrassen

Broderie d’Elisabeth Horth, collection privée, photo Philippe de Formanoir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.