Jusqu’au mois d’août, La Boverie dépoussière et sort de la cave de la Ville de Liège un grand nombre d’œuvres d’art, des chefs-d’œuvre selon le titre de l’exposition. Celle-ci offre un large aperçu de l’histoire de l’art, certes non exhaustif, mais non moins de bonne qualité. Le parcours débute avec le Bonaparte, premier Consul réalisé par Jean-Auguste Dominique Ingres, signant en 1804 un chef-d’œuvre de jeunesse. Début de cette exposition, ce tableau représente également le commencement des collections artistiques de Liège à la suite d’un don de Napoléon lui-même qu’il fallait accueillir dans des conditions optimales. L’idée de fonder des collections artistiques à Liège émerge alors.

Du XVIe au XXIe siècle : un regard sur l’histoire de l’art

De la Renaissance mosane du XVIe siècle amorcée par Lambert Lombard à des créations toutes récentes, Chefs-d’Œuvre nous fait voyager à travers les siècles. Tradition du portrait, inspiration antique, peinture de genre axée sur le monde ouvrier sont autant de découvertes à réaliser dans la première partie de l’exposition avec des artistes tels que Gérard Douffet, Jean Guillaume Carlier, Gérard Delairesse ou encore Léonard Defrance. Ensuite, la sélection d’œuvres porte sur la fin du XIXe siècle et l’émergence de la modernité. L’influence de la photographie sur la peinture est subtilement évoquée par Henri Evenepoel et sa Promenade au Bois de Boulogne tandis que l’intimisme féminin se voit évoquer dans la Femme au corset rouge d’Adrien De Witte. Il est possible de voir la naissance et la presque fin de l’impressionnisme à travers un tableau du début de carrière de Claude Monet et d’une vue de la Seine de Camille Pissarro, peu de temps avant son décès. Fauvisme, cubisme, surréalisme et autres mouvements d’avant-garde sont également largement illustrés dans la suite de l’exposition.

Un événement clé de l’histoire de l’art et de cette collection est évoqué par la présence d’une série d’œuvres vendues en 1939 à Lucerne par le régime nazi après avoir été confisquées dans les musées allemands. Lors de cette vente aux enchères, la Ville de Liège a acquis neuf chef-d’œuvre, pièces maîtresses de sa collection, réalisés par Pablo Picasso, Paul Gauguin, James Ensor, Oscar Kokoschka, Marc Chagall ou encore Marie Laurencin.

Dans la partie dédiée à la période d’après-guerre, la collection de l’industriel Fernand Graindorge tient une place prépondérante. Après avoir fondé l’APIAW, l’Association pour le Progrès intellectuel et artistique en Wallonie, ce collectionneur avisé a fait de Liège une place forte de l’art contemporain en attirant notamment des artistes internationaux de renommée. Grâce à sa passion et sa philanthropie, la Cité ardente est dotée d’œuvres d’artistes majeurs tels que Fernand Léger, Jean Arp, Le Corbusier… Pour terminer, l’exposition met à l’honneur des acquisitions éparses d’artistes contemporains importants tels que Jacques Lizène, Jacques Charlier, Johan Muyle, Gilbert & George, Olivier Debré, etc.

Un incontournable avant le retour à la cave

Cette exposition est l’occasion de découvrir la richesse des collections de la Ville de Liège, trop souvent laissées en réserve. Elle montre également de quelle manière la Cité ardente a su tirer parti de généreuses donations ou de ventes historiques, tout en omettant néanmoins les opportunités gâchées d’enrichissement de ces collections par la générosité de collectionneurs incompris par les autorités liégeoises. L’éclectisme de cette exposition attise la curiosité tandis que l’apparition çà et là de quelques chefs-d’œuvre vaut sans aucun doute le détour.

Liège. Chefs-d’œuvre
La Boverie
Parc de La Boverie
4020 Liège
Jusqu’au 18 août 
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
http://www.laboverie.com

liege

Atelier de Michel Coxcie, Sainte Cécile au virginal, vers 1570, (c) Musée des Beaux Arts Ville de Liège

liege

Paul Delvaux, La Mise au tombeau, 1953, (c) Sabam 2018

liege

Marthe Wéry, Montréal 84, 1984, (c) Ville de Liège – Sabam 2018

liege

Constant Permeke, Les Epoux, 1932, Sabam 2018

liege

Rik Wouters, Après-midi à Amsterdam, (c) Musee des Beaux Arts Ville de Liège

liege

James Ensor, La mort et les masques, 1897, (c) Ville de Liège

Liège

Henri Evenepoel, La promenade du dimanche au Bois de Boulogne, 1899 , (c) Ville de Liège

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.