Cette année, l’Association du Patrimoine artistique fête ses 40 ans d’existence. Auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages consacrés à des sujets bien souvent méconnus de l’art belge (architecture, sculpture, peinture, histoire de Bruxelles…), elle s’est distinguée également par ses nombreuses expositions dans différents musées du pays mais aussi à l’étranger. Elle organise aussi depuis 10 ans dans son espace, annuellement, une exposition consacrée aux œuvres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Chaque année, le commissaire de ces expositions, Constantin Ekomonides, réunit avec le plus grand soin des œuvres pour la plupart inédites qui attirent les amateurs d’art et les collectionneurs, mais aussi toutes les personnes à la recherche de talents moins connus de cette fin de XIXe siècle et de cette période d’avant 14-18 si féconde en Belgique.

À chacune de ces manifestations, qui mêlent en général les œuvres de plusieurs collections privées, sont confrontés à la fois des artistes certes réputés mais aussi d’autres noms pour la plupart oubliés et qui resurgissent avec des œuvres de qualité. Cette année, pour la seconde fois, après avoir exposé un fragment de la riche collection privée hollandaise Bara-Veker, l’association invite une autre collection privée, flamande cette fois, qui rassemble des artistes belges mais aussi étrangers : hollandais, français, anglais, italiens et allemands. Le plaisir de la (re)découverte pour beaucoup d’entre nous. Des œuvres principalement sur papier, mais pas nécessairement, et surtout une sélection originale qui replonge dans la genèse de certaines œuvres.

Une trentaine d’artistes et près de 80 œuvres exposées. Parmi les originalités de la collection : une marine d’Octave Maus, personnage renommé à Bruxelles mais méconnu pour ses tableaux, une très belle nature morte de Dopchie, un portail arboré, à la mine de plomb de William Degouve de Nuncques. De l’érotisme d’un Doudelet ou d’un Von Struck au génie d’un Knopff en passant par la séduisante préraphaélite, féministe de surcroît, Constance Philott, sans négliger d’autres incontournables tels que Rops, Ensor, Rassenfosse ou encore Mellery… Bref, un régal à déguster sans limitation en période de Carême !

Précisons encore qu’un catalogue, publié à l’occasion de cette exposition, reprend l’ensemble des œuvres exposées et un riche et instructif diaporama les confronte aux tableaux ou œuvres graphiques avec lesquels elles ont un lien.

Cette année, l’Association du Patrimoine artistique fête ses 40 ans d’existence. Auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages consacrés à des sujets bien souvent méconnus de l’art belge (architecture, sculpture, peinture, histoire de Bruxelles…), elle s’est distinguée également par ses nombreuses expositions dans différents musées du pays mais aussi à l’étranger (www.associationdupatrimoineartistique.be). Voici aussi 10 ans que l’Association du Patrimoine artistique organise annuellement, dans son espace, une exposition consacrée aux œuvres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Comme à chaque fois le commissaire de ces expositions, Constantin Ekomonides, a réuni avec le plus grand soin des œuvres pour la plupart inédites qui attirent les amateurs d’art et les collectionneurs, mais aussi toutes les personnes à la recherche de talents moins connus de cette fin de XIXe siècle et de cette période d’avant 14-18 si féconde en Belgique.

La naissance de l’idée, les décennies de l’innovation
Association du Patrimoine artistique
7 rue Charles Hanssens
1000 Bruxelles
Jusqu’au 30 mars 
Jeudi au samedi de 14h à 18h
http://www.associationdupatrimoineartistique.be/nos-expos-fiche-727

Naissance de l'idée

Fantin-Latour, Le Paradis et la Péri, 1901

Naissance de l'idée

Auguste Donnay, Sous-bois

Naissance de l'idée

Constance Phillott, Loin des pensées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.