Le Domaine du Château de Seneffe présente jusqu’au 31 mars une exposition du créateur belge Bernard François. 180° Editions sort pour l’occasion un livre, Auteur de bijoux, qui raconte le parcours de cet artiste qui bouleversa les codes du bijou.

Formé dans les années 1960 comme orfèvre à l’Ecole d’art de Maredsous, puis en art à l‘IATA à Namur, Bernard François poursuit ses études dans l’Atelier métal de Félix Roulin à La Cambre. Au début des années 1970 il installe un atelier indépendant à Forest avec Michel Louwette et Claude Wesel. A l’époque il travaille l’or. Il démarre des recherches sur l’acier inoxydable et le plexi et ses pendentifs Sorbet, Jouet, Relais sont les premières créations mêlant ses deux matières qui vont signer son style. Jeux de transparence, effets d’optique et couleurs flash du plexi, froideur et dureté de l’acier se mêlent en superposition, pour des bijoux ou objets portables absolument dingues, audacieux, novateurs et qui restent aujourd’hui magnifiques.

En 1978, il est invité par Emile Souply à collaborer à la réalisation d’une vaste ensemble de sculptures murales pour la station de métro Botanique à Bruxelles. Il y apporte son sens aigu de la couleur. Au fil des pages, l’évolution de son style est fascinante. Dans les années 1980, Bernard François intègre dans ses bijoux des CD dont la surface chatoyante fait merveille à côté de l’aluminium anodisé et de l’or jaune.

L’ouverture de la Galerie Neon en 1975 rue Defacq à Bruxelles est en tournant dans sa carrière. « Neon parce que le néon marque un âge nouveau, et suggère un monde aux facettes multiples, » explique l’artiste. On retrouve dans le livre édité par 180° Editions quelques-unes des formidables affiches qu’il réalise pour annoncer les expositions dans la galerie, toutes extrêmement graphiques et citant son univers. Il rencontre la sérigraphe Véronique Bertrand en 1979. Elle deviendra son épouse et prendra en charge l’impression des affiches ainsi que la gestion de la galerie Neon. Ensemble ils créent des vêtements dont les motifs sont dessinés par François et sérigraphiés par son épouse. « Une griffe neon assez indéfinissable mais tellement présente. Elle se flaire dès qu’on la connaît. Solide image de marque! » écrit Claude Lorent en 1986 dans La Nouvelle Gazette.

Si les Belges ont souvent beaucoup de mal à saluer le talent de leurs concitoyens, c’est l’occasion ici, via l’exposition au Château de Seneffe et à la lecture de Auteur de Bijoux, de se rattraper et de célébrer la folle créativité d’un artiste.

Bernard François | Auteur de bijoux | 18,5 x 23 cm | 100 pages | 25 € | 180° Editions | www.180editions.com

Domaine du Château de Seneffe, jusqu’au 31 mars, chateaudeseneffe.be

Bernard François

Bernard François, Corner (pendentif), 2014, courtesy l’artiste

Bernard François

Bernard François, Surfon (pendentif), 2005, courtesy l’artiste

Bernard François

Bernard François, Accross the universe (pendentif), 2007-2008, courtesy l’artiste

Bernard François

Bernard François, Breakfast at Tiffany’s (pendentif), 2007, courtesy l’artiste

 

bernard françois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.