Il vous reste une semaine pour découvrir les photographies de Michel Moers chez Artitude, rue de la Longue Haie à Bruxelles. Pour beaucoup, Michel Moers est et restera le chanteur du mythique groupe Telex. C’est en 1978 que Marc Moulin, Dan Lacksman et Michel Moers fondent le groupe Telex. « C’était le début de la musique électro pop un peu rythmée », se souvient Michel. En 1980, leur maison de disques, RKM – qui fut aussi celle de Plastic Bertrand, leur propose de participer à l’Eurovision. « Au début, nous n’étions pas très chauds. Cette grande fête à paillettes, un peu kitsch, le style de musique, c’était pas trop notre truc ». Ils finiront en 17ème  position… sur 19 mais entrèrent dans la légende belge et bruxelloise. 

L’humour décalé est une marque de fabrique belge, c’est peu de le dire. Les spectateurs de l’Eurovision en 1978 n’y ont rien compris puisque ils répondirent à la prestation de Telex par un long silence. Moers n’a cessé de manier cet humour, en musique, par la photographie. Pour son exposition chez Artitude, il utilise les corps des poupées Barbie et Ken de sa petite fille, qu’il photographie. Ceux qui ont des enfants savent que ce type de jouet fini souvent la tête arrachée et lancée au fond du jardin, derrière un rosier. On ne leur la fait pas, aux kids. Des corps en plastique et sans tête, voilà la matière première des images ultra-retouchées de Michel Moers. Sur fond étoilé, une Barbie sans tête prend la pose, les seins toujours aussi pointus, les hanches étroites, élégamment tournée vers le spectateur. Ken n’a plus de cervelle mais toujours de très beaux pectoraux, les cuisses lisses et des épaules avenantes. Là, un bouquet de jambes de Barbie, parfaites et désincarnées, comme un fagot de petit bois. Sans se prendre au sérieux et sans y prendre garde, dirait-on, Michel Moers montre la vacuité des stéréotypes de la femme parfaite et de l’homme musclé. Toute cette soit-disant perfection ne serait que plastic, alors. Du rien, du vent, pour les foules sentimentales. Moers joue à la poupée, comme il s’amuse à l’expliquer. Ne rien y voir de sentimental. Ou alors seulement une sorte de désespoir, bien planqué. Une politesse.

Michel Moers
désORDRE / disORDER
Artitude
23 rue de la Longue Haie
1000 Bruxelles
jusqu’au 10 novembre
Du jeudi au samedi de 14h à 18h
www.artitude.be

Michel Moers

Michel Moers, courtesy l’artiste

Michel Moers, courtesy l'artiste

Michel Moers, courtesy l’artiste

Michel Moers

Michel Moers, courtesy l’artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.