Première exposition chez Irène Laub Gallery de l’artiste grecque Athina Ioannou. C’est Luk Lambrecht, directeur du Cultuurcentrum Strombeek, qui commissionne celle-ci.

Plus habituée à exposer dans des lieux publics, halls de grands musées, églises ou chapelles, Athina Ioannou (1968) fait entrer dans la galerie son interrogation sur la peinture classique. Dès la vitrine, on retrouve son travail rythmé et signalétique qu’elle déploie dans le chœur d’une église, en drapeau sur le toit d’un musée. Chaque petit fanion étant une note de couleur traversant l’espace et le marquant. Elle crée ce qu’elle appelle du plus-painting, en utilisant des supports existants (toile, feutre, textiles commerciaux …) teints selon une palette inspirée de Dürer et qu’elle fait ensuite tremper dans l’huile de lin. En entrant dans la galerie, c’est l’odeur de l’huile de lin, entêtante et douce, qui nous transporte. Celle qu’on devait retrouver dans les ateliers des grands peintres classiques qui utilisaient l’huile de lin et les pigments pour peindre ! A droite, une série de petits étendards modernistes, compositions abstraites géométriques faite de carrés de tissus de différentes couleurs cousus ensemble. Ils sont raides tant ils ont été trempés dans l’huile. Ils en deviennent presque translucides, leur texture migrant vers quelque chose de plus évanescent. Sur un mur, une envolée de petits segments triangulaires en toile. Fixés au mur par de longues épingles, chaque triangle de tissu est comme un insecte attrapé, présenté comme un trophée. La distance entre le mur et le tissu permet à la lumière de jouer sa mélodie : ombres portées, grisés et reflets suivant l’heure et l’éclairage. D’autres compositions encore, toujours avec cette palette de tons sourds, que notre œil semble reconnaître, ces fragments de tissus, l’huile qui fixe et intensifie les couleurs, une composition rigoureuse, construite. En résonance avec cette exposition-ci, Athina Ioannou a placé un étendard triangulaire sur le toit de chaque lieu où elle a eu l’occasion d’exposer, dont l’incontournable Cultuurcentrum de Strombeek.

Athina Ioannou
Mythologies
Irène Laub
29 rue Van Eyck
1050 Bruxelles
Jusqu’au 22 décembre
Du mardi au samedi de 11h à 18h
https://irenelaubgallery.com

Athina Ioannou

Athina Ioannou, vue de l’exposition Mythologies, Irène Laub Gallery, 2018 courtesy l’artiste et Irène Laub Gallery

Athina Ioannou

Athina Ioannou, vue de l’exposition Mythologies, Irène Laub Gallery, 2018 courtesy l’artiste et Irène Laub Gallery

Athina Ioannou

Athina Ioannou, vue de l’exposition Mythologies, Irène Laub Gallery, 2018 courtesy l’artiste et Irène Laub Gallery

Athina Ioannou

Athina Ioannou, Resituations, Chapelle des Pénitents, France, 2010, courtesy l’artiste

Athina Ioannou

Athina Ioannou, Love Otherwise, 2018 courtesy l’artiste et Irène Laub Gallery

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.