Comment une ville comme la nôtre était-elle au 18e siècle et même au 17e siècle ? Si l’on se penche sur le passé, peut-on se faire une idée précise ce qu’était Bruxelles? L’Association du Patrimoine artistique a tenté de répondre à cette question et offre à voir un portrait convaincant de la ville en réunissant des documents d’époque et les replaçant avec précision dans le paysage de la cité qui a tant souffert aux cours des siècles.

Au terme de deux années de recherche, après une exposition consacrée à Bruxelles au 16e et 17e siècle l’an dernier, l’association offre aujourd’hui un panorama plus complet de la ville. Une centaine de maisons nobiliaires ont pu être localisées avec précision. Certes beaucoup de ces familles étaient connues pour posséder un bien immobilier dans la ville, mais jusqu’ici personne ne s’était penché sur la question : où étaient situées leurs demeures ? C’est grâce au plan de Frans Hogenberg de 1572 que ces découvertes ont pu être faites. Depuis d’autres plans ont apporté de nouvelles informations au point à présent de pouvoir localiser l’ensemble des bâtiments civils et religieux, mais aussi les quarante-deux marchés ou la trentaine de fontaines qui permettaient aux habitants de vivre à Bruxelles.

Dans l’exposition, une centaine de gravures nous replongent dans ce passé lointain et grâce à l’agrandissement d’un plan de François-Jacques Desaubleaux de 1780, nous avons l’impression de nous promener dans les rues de Bruxelles, de rencontrer tel ou tel bâtiment public ou privé, mais aussi de découvrir les ruelles et impasses au nom pittoresque, tant en flamand et qu’en français. Ce plan est si prodigieusement intéressant que l’association a décidé de le publier comme un guide de ville actuelle, quartier par quartier, accompagné d’un index des noms de rues et des lieux. Une initiative qui réjouira bien des amateurs de notre capitale.

Pour être complet, les épisodes épouvantables que Bruxelles a vécu sont retracés : grâce aux vingt gravures d’Augustin Coppens et de ses collaborateurs l’on peut découvrir les dégâts du bombardement de Bruxelles de 1696 et mesurer à quel point elle fut ravagée et reconstruite. Par contre, nous découvrons aussi la ville en liesse lorsque les Habsbourg fêtent dans notre cité leur victoire sur les Turcs par la prise de Buda, s’offrant alors des réjouissances diurnes et nocturnes dignes de leur empire dans le quartier du Sablon où se tient précisément la présente exposition.

Ajoutons qu’à cette occasion, est publié, outre le Plan de Desaubleaux, un guide commentant les œuvres exposées, gracieusement prêtées par l’antiquaire Claude Van Loock et par le responsable du C.I.D.E.P., Christian Spapens.

Bruxelles à la fin de l’Ancien Régime
Des grandes demeures … aux impasses
Association du Patrimoine artistique
7 rue Charles Hanssens
1000 Bruxelles
Jusqu’au 27 octobre
Du jeudi au samedi de 14h à 18h
Ouverture spéciale pendant le  journées du Patrimoine, 15 et 16 septembre de 10h à 18h
http://associationdupatrimoineartistique.be/actualites

Frans Hogenberg

Ferdinand-Joseph Derons, Vue du canal de Bruxelles, sur le quai aux Briques depuis le pont du Rivage 1727, (c) C.I.D.E.P.

Frans Hogenberg

Anonyme, Vue du Marché aux Herbes vers 1725, (c) Van Loock

Frans Hogenberg

dessin de Léo van Heil gravé par Harrewijn , L’hôtel de Ville, le Boterpot et la halle aux Draps, (c) H. et W., t. I, p. 243)

Frans Hogenberg

La fontaine du Cantersteen (c) BR, CE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.