C’est la deuxième année que Michel Van Dyck, collectionneur et amateur d’art, propose une exposition et une sélection d’artistes actuels au Musée Van Buuren et dans les jardins. C’est à voir jusqu’au 30 septembre.

Présenter dans une demeure aussi personnelle et chargée d’histoire que la maison Van Buuren des œuvres d’art actuel est une gageure. C’est pourtant une belle réussite. Tant dans les différentes pièces de la maison que dans le jardin. Commencez la visite par le jardin, qui est à son apogée. Le jeu consiste à trouver les œuvres entre les massifs de fleurs ou dans le labyrinthe, au verger ou dans les arbres. D’ailleurs, Christophe Doucet a créé des masques d’ours, en cuivre, qui sont accrochés sur quelques troncs d’arbres, comme des nœuds de bois. Soudain, une peinture de Marcel Berlanger. Plus loin, après un sentier en dalles de pierres entre les fleurs, sous la gloriette, un oiseau en bronze peint s’abreuve dans un bassin en caoutchouc. C’est une œuvre de Douglas Eynon.

Sur la pelouse, quatre empreintes en bronze. Il semblerait qu’un éléphant soit passé par là. C’est François Curlet qui tente de nous le faire croire ! Au bout de la grande pelouse, près de la deuxième roseraie, de formidables céramiques de Bente Skjöttgaard évoquent des arbres ou peut-être des nuages colorés. Au milieu du verger est planté un micro sur son pied. Une passiflore grimpe le long de cette sculpture de Jonathan Sullam. Plus loin, comme d’immenses fruits aériens, les formes en plastique rouge récupéré de Tatiana Wolska sont étranges et magnifiques. Plus loin encore, une fresque en mosaïque de bois et métal de Martin Belou, aux allures Art déco.

Remontez vers la maison et voyez derrière une grande fenêtre une immense composition, créée à partir de papiers déchirés issus de livres d’histoire de l’art, évoque les mosaïques romaines, par Damien de Lepeleire.

Dans la maison, le charme de la confrontation fonctionne aussi. Avec l’architecture, le mobilier et les accessoires Art déco. Dans la salle à manger, les natures mortes de Gustave van de Woestijne dialoguent sans problème avec une céramique de Takayuki Sakiyama. Au mur du petit salon, une œuvre de Vincent Chenut. Posé sur le sol, un grand pastel de Nicolas Party. Dans le grand salon, un imposant personnage de Gijs Milius est assis sur le sofa en velours. Que fait-il là ? Chaque œuvre installée ici provoque une surprise. Parfois parfaitement en harmonie, parfois incongrue, elle anime le lieu. Voyez ces cale-porte de Douglas Eynon, complètement absurdes – ils sont en céramique – posés sur le sol.

En montant à l’étage, on ne manque jamais d’admirer et scruter encore une fois la grande toile Le goûter des enfants, par van de Woestijne. Une merveille. Dans la salle de bains, plusieurs surprises, dont ces châssis de peintre en bronze, de Stefan Nikolaev.

L’exposition Present est un cadeau pour les visiteurs. Tant pour ceux qui connaissent le lieu que pour les petits nouveaux. Montrer ceux qu’on aime, comme le fait Michel Van Dyck, quoi de plus cohérent ? Une très belle exposition.

Present
Musée et Jardins Van Buuren
41 avenue Léo Errera
1180 Bruxelles
Jusqu’au 30 septembre

Du mercredi au lundi de 14h à 17h30
www.museumvanbuuren.be

present

Tatiana Wolska, Principe d’incertitude, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

present

Stefan Nikolaev, If things are not as you wish wish them as they are, 2013, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

present

Sarah Caillard, Fetiches, 2017, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

present

Nicolas Party, Portrait with a cat, 2016, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

present

Erwan Maheo, Anti Clock, 2018, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

present

Gijs Milius, Daantje The Elder, 2018, courtesy l’artiste et Musée Van Buuren

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.