Le Musée L, qui a ouvert ses portes en 2017 à Louvain-la-Neuve – nous vous en avions parlé ici -, accueille une nouvelle donation d’Art moderne belge. Une sélection de 68 œuvres y est exposée jusqu’au 3 septembre, celles-ci rassemblées par le collectionneur frénétique et historien passionné Serge Goyens de Heusch.

« C’est un homme animé d’une immense curiosité, un moderne, un progressiste classique, un original raffiné, un enthousiaste, un attentionné, un fureteur, un éclectique et un homme de goût qui assume ses choix […] » Rien que ça ! On sent dans les mots d’Anne Querinjean, directrice du Musée L, toute l’admiration de l’institution pour cet homme qui lui a tant apporté. Et pour cause, Serge Goyens de Heusch n’en est pas à son coup d’essai car cette donation est sa quatrième mais aussi la plus personnelle, comprenant des morceaux plus intimistes et certaines pièces d’artistes étrangers. Le musée détient à ses côtés un connaisseur, mais surtout quelqu’un de fasciné, un adepte, un allié inestimable.

Deux mille, c’est le nombre d’œuvres d’art dont a fait don Serge Goyens de Heusch au Musée L. Créateur de la Fondation pour l’art belge contemporain, conférencier, organisateur d’exposition, écrivain d’art, enseignant, galeriste et historien, palpite en lui un collectionneur effréné. Sa passion est telle qu’elle s’est muée en bible de l’art : Serge Goyens de Heusch est cet été notre mémoire de l’Art moderne belge et on s’y plonge avec une vive curiosité.

Le titre de l’exposition Une passion pour l’art belge ne pouvait être mieux choisi car il s’agit ici, avant tout, du résultat de la passion d’un seul homme. Lui qui, par sa longue carrière dans l’art, a la particularité d’avoir mené de front plusieurs types d’activités, peut se targuer de nous dessiller la vue sur une poutre maîtresse de l’Art moderne belge. Clairement, l’exposition fait preuve d’un double intérêt. D’abord, l’hommage à Serge Goyens de Heusch, comme nous venons de l’expliquer, mais aussi la mise en lumière de spécificités de l’art belge. Quant au Musée L, le plus grand musée universitaire du pays (plus de 32 000 pièces), il confirme grâce à cette collection sa place de premier choix dans l’étude de l’Art moderne en Belgique. Eclectique, la sélection qui s’y trouve se voit une nouvelle fois enrichie par des œuvres d’artistes abstraits, tels que Jo Delahaut, Walter Leblanc, Luc Peire, Gaston Bertrand, Lismonde… et figuratifs, comme Jos Albert, Camille De Taeye. À leurs côtés, quelques dessins et gravures d’artistes étrangers : Hans Hartung, Marc Tobey, Pat Andrea et Lanskoy. Et pour s’imprégner d’autant plus de cet art d’après-guerre, l’exposition s’appuie sur une série d’archives (documents papiers et audiovisuels) sur l’art en Belgique au XXe siècle. C’est le côté audiovisuel qui nous a frappé en premier lieu. Car ces vidéos courent librement au fil de l’exposition, lui conférant un aspect très vivant et dynamique. Un bémol : seule la moitié de la nouvelle donation est exposée « mais il y a des contingences propres au musée que je respecte », comme l’a dit Serge Goyens de Heusch lui-même. À noter que certaines œuvres sont accompagnées de jolies notices de la part du collectionneur. Il faut savoir que, en tant que galeriste et antiquaire pendant de nombreuses années, il a côtoyé ces artistes. Gaston Bertrand, particulièrement, est un artiste-clé de sa collection pour « la qualité de l’invention particulière de son œuvre, qui en fait sans conteste, l’un des plus grands artistes belges du XXe siècle », écrit le collectionneur.

Goyens de Heusch fut directeur de la galerie Armorial (1970-1983) à Bruxelles où, pendant 14 ans, il organisa près de 200 expositions. Il y montra des Belges surtout : des artistes anciens, ceux de la génération d’après-guerre mais aussi ceux de sa propre génération. Il fut l’ami de ceux qu’il exposait et ses vernissages étaient l’épicentre de joyeuses retrouvailles. L’exposition est donc foncièrement inséparable de la vie de cet homme d’art passionné.

Une Passion Pour l’art belge
Musée L
Place des Sciences 3
1348 Louvain-la-Neuve
jusqu’au 3 septembre

Du mardi au vendredi de 9h30 à 17h, week-end de 11h à 17h
www.museel.be

Goyens de Heusch

Luc Peire, Ladon (n°853), 1971

Goyens de Heusch

Jo Delahaut, Sans titre (Noir jaune gris), 1951

Goyens de Heusch

Pierre-Louis Flouquet, Portrait d’Erik Satie, 1927

Goyens de Heusch

Jules Lismonde, Avant toute chose, 1966

Goyens de Heusch

Gaston Bertrand, Les secrets murmurés VI, 1970

Goyens de Heusch

Hans Hartung, Sans titre (Saint-Paul-de-Vence), 1961

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.