Koen van den Broeck, Torque #8, huile sur toile, www.de-vuyst.com

La vente du 19 mai à Lokeren s’annonce d’importance. Les stars belges y feront florès sans doute. Il y a donc tout un panthéon belge mais pas seulement dans cette vacation de près de 700 lots dont les œuvres commencent, en ancienneté, au XVIe siècle avec une belle Fuite en Egypte donnée à un peintre italien inconnu qui doit être vénitien vers 1580, jusqu’à des sculptures de Folon comme on en voit enrégimentées chez Guy Pieters au Zoute, ou dans le siège de la galerie près de Gand, ou encore à la Brafa. Entre 50 000 et 70 000 € d’estimation, elles (ses hommes debout, marchant ou pas), ne sont d’ailleurs pas beaucoup moins chères qu’en salle d’exposition ou sur un stand. Panamarenko apparaîtra lui aussi, avec Plan Zepp, de 1988, œuvre faisant référence aux zeppelins de la grande Allemagne d’avant 1914. Le travail est constitué de bois, de plastique et de roseau. On en attend entre 38 000 et 48 000 €.

Puis le regard est interpellé par deux tableaux datés de 1911, peints par Koen van den Broeck, né en 1973, qui vit et travaille à Anvers. L’artiste se dit à juste titre très admiratif de Matisse, mais aussi des abstraits américains de la seconde moitié du XXe siècle. Du coup, son travail est dépouillé, sans fioritures et très personnel. La force qui s’en dégage et que les amateurs ressentent sans peine dès lors qu’ils ont la fibre nécessaire, le soutiennent depuis longtemps. Sa reconnaissance à l’étranger, jusqu’à San Francisco comme le signale sa notice sur Wikipedia, sert aussi les intérêts financiers de ses supporters et de lui-même. On ne sera donc pas surpris de voir ses travaux cotés entre 15 000 et 40 000 €, comme c’est le cas ici, même si les fourchettes n’ont pas cette largesse précise. Entrance Gate provient d’une galerie de New York ; elle date de 2011 et mesure 135 x 90 cm. Pour son Torque #8 de 2013, de 260 x 200 cm, provenant elle aussi de New York, on attend entre 30 000 et 38 000 €. Le génial Wim Delvoye sera là lui aussi avec une superbe bouteille de gaz butane transformée en un objet de faïence de Delft portant en cartouche une vue de la ville où sont inhumés les Orange-Nassau. Nul doute que ce lot sera pris d’assaut. On en escompte de 26 000 à 33 000 €. Corneille sera présent notamment à travers une sculpture, L’Oiseau rêveur, de 1997. Ce bronze de 123 cm de haut est évalué entre 40 000 et 50 000 €.

On ne vous a pris ici que de gros poissons armés de jolies cotes, mais la vente de ce 19 mai est peuplée de belles et bonnes choses d’artistes très divers valant a priori entre 1 500 et 5 000 €. L’art contemporain n’est pas nécessairement inaccessible. Et puis il ne faut l’aborder que par coup de coeur. Si le portefeuille suit, tant mieux, ou tant pis si vous ne suivez que les modes et les cotes parfois fabriquées de toutes pièces par le marché.

Koen van den Broeck

Koen van den Broeck, Torque #8, De Vuyst Auction house & Gallery

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.