Spectaculaire mise en scène de deux artistes chez Sorry We’re Closed. Le traditionnel white cube a été transformé en un espace baroque, par la grâce d’un papier peint fait de prints de l’artiste allemand Christoph Ruckhäberle. On y ajoute ses peintures et, au centre de la pièce, quelques puissants bronzes de César. Total crush !

L’œuvre installée sur un mur blanc, c’est bien. Une peinture installée sur du papier peint du même artiste, c’est mieux ! Riche scénographie que celle que propose Sébastien Janssen dans sa galerie. Christoph Ruckhäberle (1972, Allemagne) utilise de la peinture industrielle et du masking tape pour réaliser ses silhouettes de femmes couchées qui rappellent sans conteste celles de Picasso, Matisse, Moore. Le corps féminin est le départ d’une série de circonvolutions, torsions et déformations, toujours en couleurs vives. Les influences modernistes n’empêchent pas les peintures de Ruckhäberle d’être vivement actuelles. L’artiste joue de la géométrie, des aplats et s’amuse de ses multiples versions. Oui, il s’amuse follement. Pour les prints – en deux versions – collées au mur, toujours une femme allongée, épaules et hanches structurant un espace. Ces prints sont aussi disponibles à la vente.

Les hautes silhouettes en bronze de César sont posées dans l’espace comme des totems intemporels. Puissance de la forme, de la matière. César, dont la rétrospective au Centre Pompidou court jusqu’au 26 mars, n’a pas fait que des Compressions. Il a aussi modelé des corps en terre glaise, cherchant sans fin la ligne intérieure, la colonne qui soutiendra et offrira aux regards ce corps féminin réinterprété : ancré, enraciné, solide. Enfin, le faisant couler en bronze, il ajouta la puissance de cette matière ainsi qu’une patine sombre. Les bronzes de César offrent à Ruckhäberle leur présence et leur belle vibration. Heureux dialogue !

Christoph Ruckhäberle a participé à d’importantes expositions aux Etats-Unis, en Allemagne, en Autriche, au Mexique, entre autres. Ses œuvres font partie des collections du MoMa à New York, de la Saatchi Collection à Londres, de la Rubell Family Collection à Miami, etc.

César – Christoph Ruckhäberle
Sorry We’re Closed
67 rue de la Régence
1000 Bruxelles
Jusqu’au 10 mars
Du mercredi au samedi de 14h à 18h
http://www.sorrywereclosed.com/

Christoph Ruckhäberle

César et Christoph Ruckhäberle, vue de l’exposition, 2018, courtesy les artistes et Sorry We’re Closed

Christoph Ruckhäberle

César et Christoph Ruckhäberle, vue de l’exposition, 2018, courtesy les artistes et Sorry We’re Closed

Christoph Ruckhäberle

César et Christoph Ruckhäberle, vue de l’exposition, 2018, courtesy les artistes et Sorry We’re Closed

Christoph Ruckhäberle

César et Christoph Ruckhäberle, vue de l’exposition, 2018, courtesy les artistes et Sorry We’re Closed

Christoph Ruckhäberle

Christoph Ruckhäberle, courtesy l’artiste et Sorry We’re Closed

Christoph Ruckhäberle

Christoph Ruckhäberle, courtesy l’artiste et Sorry We’re Closed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.