Pour sa deuxième édition dans son nouveau format, le Brussels Art nouveau & Art Deco Festival se tiendra du 10 au 25 mars, avec de nombreuses perles architecturales cachées et une dizaine d’adresses inédites. Durant cette année Horta, le Banad donnera accès à une soixantaine d’intérieurs exceptionnels.

L’exposition Horta & Wolfers au Cinquantenaire fait partie du parcours, mais pointons aussi une belle série d’intérieurs privés qui s’ouvrent durant trois week-ends pour le plus grand plaisir de nos mirettes. Ces visites guidées – toujours très prisées – sont à réserver sans tarder sur le site du festival. D’autres activités sont proposées durant le festival,, ainsi deux concerts (10 et 14 mars) à Flagey, un programme spécial familles le week-end des 17 et 18 mars et la foire d’objets Art nouveau et Art déco le dernier week-end. Le 25 mars, clôture du festival avec une soirée cabaret dans l’authentique cadre Art déco du plus célèbre jazz-bar de la capitale, l’Archiduc !

10 et 11 mars

Deux maisons privées Art déco sont à découvrir avenue Coghen à Uccle et, un peu plus loin, avenue Molière, la Maison Petit. Certaines maisons avec encore des fresques, boiseries et vitraux d’époque. Ne manquez pas l’ancienne maison-atelier de Fernand Dubois sur l’avenue Brugmann. Un parcours dans l’intimité de demeures préservées par leurs propriétaires. Les stars que sont le Musée Horta, l’Hôtel Tassel, l’Hôtel Solvay, le Musée Van Buuren, entre autres, complètent le programme.

Deuxième week-end

C’est le week-end plus spécifiquement réservé aux familles. En plus des visites guidées – pointons l’ancien siège de la Prévoyance sociale, square de l’Aviation, la Maison Frison au Sablon. Ainsi qu’une parade de vélos anciens, le 18 mars à 14h, au départ de la place Poelaert.

Construit en 1894-1895 par Victor Horta, l »Hôtel Frison, au début de la rue Lebeau, dans le bas du Sablon, est connu pour sa magnifique galerie vitrée Art nouveau en acier et vitraux. Sa façade a été défigurée pour en faire une vitrine de magasin. Le bâtiment vient d’être racheté par Nupru Tron, d’origine indienne. Cette créatrice de bijoux auparavant basée à Paris est tombée amoureuse du lieu et veut le restaurer pour lui redonner son aspect original et y installer une fondation dont l’objectif est de montrer les influences de la culture indienne sur les architectes de l’époque. En effet, lors de ses séjours à Londres, Horta a découvert les imprimés et la gamme de couleurs ramenés, à l’époque, d’Inde. Nous attendons avec impatience le résultat de ce beau projet de réhabilitation. Pour le Banad, le rez, le sous-sol et le jardin sont accessibles.

Les 24 et 25 mars

Quelques trésors ouverts uniquement à l’occasion, à découvrir donc, la Maison Herrero. Œuvre d’un architecte inconnu, construite en 1924 pour une dame d’origine espagnole, extérieurement très sobre, c’est l’intérieur de cette maison qui nous surprend avec son organisation autour d’un patio coiffé d’une verrière aux verres colorés, paré de céramiques et animé d’une petite fontaine. De nombreux détails structurels et décoratifs font référence à l’esthétique hispanique et à l’Art déco. Ou la Maison Aernaut, habitation moderniste construite en 1932 par l’architecte Paul Aernaut, d’une rare sobriété architecturale.

Pour préparer vos visites, n’hésitez pas à vous plonger sans tarder dans le site www.banad.be. En plus des visites individuelles, de très nombreux parcours guidés sont organisés le long des trois week-ends. Un must dans la vie culturelle de notre belle capitale.

Banad
Du 10 au 25 mars
www.banad.be

banad

Maison Van der Elst, photo Sophie Voituron

banad

Appartement Wafelaerts, photo Sophie Voituron

banad

Atelier Colpaert, photo Sophie Voituron

Banad

Hôtel Haerens, photo Sophie Voituron

Banad

Maison Coghen, photo Sophie Voituron

Banad

Maison Frison, photo Sophie Voituron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.