Revoici l’exceptionnel Kazakh Yerbossyn Meldibekov, à la Jozsa Gallery. Ses sculptures, objets, installations, dessins et vidéos sont autant d’outils pour rendre visibles avec beaucoup d’humour les changements politiques dans son pays et les traces de ceux-ci sur son environnement.

Quelle chance de croiser l’artiste en personne le jour du vernissage ! Yerbossyn Meldibekov, avec son visage d’Asie centrale, teint mat, yeux bridés, sa voix forte et ses grands gestes, vous explique par l’intermédiaire d’un traducteur les différentes pièces exposées. On sent sa passion. Une rage, aussi. Dès la première salle, un ensemble de pièces en bois tourné : c’est un jeu de construction qui permet de construire et reconstruire à votre gré les différents monuments du pays mais aussi d’Ouzbekistan et du Kirghizistan. Ceux-ci furent en effet modifiés à chaque changement politique ces dernières décennies, ce que Yerbossyn Meldibekov avait déjà pointé avec une très sarcastique série de photographies d’archives.

Plus loin, l’artiste présente le film que le gouvernement réalise chaque année à la gloire de son président, Noursoultan Nazarbaïev, en place depuis… 1990. Ce film est tourné à la manière d’une production américaine et conte au bon peuple les mille et une qualités du président. De celui-ci, Meldibekov extrait certaines scènes qu’il croque dans un grand carnet, avec un talent et un savoir-faire qui ferait rougir les artistes actuels européens. Ce faisant, il joue le jeu des réalisateurs mais le tourne en dérision.

Au mur, trois peaux de yaks de la montagne Tamir, région quasiment inaccessible pour le commun des mortels. Elles sont marquées de quelques chiffres tracés dans la chair des petits veaux, chiffres qui se sont déformés quand l’animal a grandi. On retrouve aussi les lavabos en métal émaillé que l’artiste a transformés à coups de marteau en représentation d’un volcan péruvien, sélectionné par l’artiste parce que son nom se termine par Putina – toujours cet humour noir. Derrière l’humour sans concession de l’artiste, une vision claire et désespérée de son pays, de l’absurdité et de l’aspect théâtral et faux de la situation politique des anciens pays du bloc de l’Est.

Si vous voulez rire jaune de tant d’audace, précipitez-vous à la Jozsa Gallery, il reste deux semaines.

Yerbossyn Meldibekov
Seasons
Galerie Catherine Jozsa

24 rue Saint-Georges
1050 Bruxelles
Jusqu’au 23 décembre
Du jeudi au samedi de 12h à 18h
http://www.jozsagallery.com/

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l'artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

Yerbossyn Meldibekov

Yerbossyn Meldibekov, courtesy l’artiste et Jozsa Gallery

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.