Le Fonds Mercator vient de publier Maternité – Mère et enfants dans les arts d’Afrique, un recueil impressionnant au dos toilé de vert anis, qui analyse en profondeur la symbolique de la mère et de l’enfant dans les arts africains. Une plongée riche et argumentée dans ces cultures vives, passées et présentes, enrichie de très nombreuses photographies.

Des sites d’art rupestre de l’Egypte à l’art contemporain d’Afrique du Sud, l’image de la mère et de l’enfant est omniprésente sur le continent africain, là où l’art est valorisé. L’auteur, Herbert M. Cole, situe cette notion de la maternité au croisement de la biologie et de la culture. En s’appuyant sur des données démographiques et culturelles, l’auteur tente de mettre en scène l’incidence de la maternité dans les pensées communes, les mœurs et les coutumes. Un vaste sujet, d’autant plus que l’auteur est le premier à établir la description des mères et des enfants dans l’art africain, de l’Antiquité à nos jours.

L’ouvrage est introduit par les arts anciens, dits également arts traditionnels. Le chapitre 2, Panorama sur 7000 ans d’imagerie de la maternité, présente, entre autres, les œuvres issues de l’art Nok datant de 300 av. J.-C., les sculptures en ivoire de Sierra Leone, ou encore les Nomoli, ces petites sculptures en pierre propres aux populations d’Afrique de l’Ouest. Ces arts traditionnels sont caractérisés par l’image sacralisée de la maternité, qui est dû au contexte de production ancré dans des systèmes socio-politiques patriarcaux.

Plus loin, trois chapitres s’attardent sur trois ethnies africaines : les Akan du Ghana et de Côte d’Ivoire, les mères Kongo et les mères Yoruba. Chaque ethnie possède des codes de représentations de la maternité singuliers, justifiés par des mœurs et coutumes uniques, qui sont expliqués et détaillés par l’auteur.

Des citations de différents auteurs introduisent chaque chapitre. Ainsi, « Ignorer l’aspect politique de la grossesse, c’est confiner encore la féminité au domaine de l’affectif et du domestique, » écrit Robyn Alexander.

L’art contemporain s’immisce à la fin de l’ouvrage et fait l’état d’une vision plus subjective et réaliste de la maternité. Mères et enfants sont replacés dans un contexte sociopolitique moins flatteur, où ils sont confrontés, notamment, à la pauvreté et à la maladie. Herbert M. Cole dévoile à travers 380 pages la richesse des images maternelles, la portée de leur signification, tout en n’oubliant pas de rappeler la grande variété de matériaux utilisés dans l’art africain à travers de nombreuses illustrations.

Maternité | Herbert M. Cole | Fonds Mercator | 29,7 x 24,5 cm | Reliure cartonnée | 376 pages | français et anglais | 79,95 € | http://mercatorfonds.be/ 

Couverture Maternity, Fonds Mercator, 2017

Couverture Maternity, Fonds Mercator, 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.