Entre tradition et innovation, Edouard Manet a fait parler sa peinture pour raconter la société française et parisienne du XIXe siècle. Le musée Von der Heydt de Wuppertal lui consacre une belle exposition qui fait dialoguer 45 de ses toiles avec celles de ses contemporains.

Wuppertal est une petite ville située à une cinquantaine de kilomètres de Cologne. Si pour beaucoup sa principale attraction était son monorail suspendu circulant au-dessus de la rivière Wupper, on peut aussi y ajouter le musée Von der Heydt, constitué autour du patrimoine de cette famille de collectionneurs d’art moderne et contemporain. Conscient du potentiel de ses collections, le musée mise depuis quelques années sur des expositions de prestige susceptibles d’attirer un plus large public comme celle consacrée à Edouard Manet. Même si toutes les informations sont encore exclusivement en allemand, le musée vaut certainement une visite, pour ses expositions temporaires mais aussi pour sa riche collection permanente.

Organiser la surface de la toile

Peintre du temps présent et de la société parisienne, Manet est typiquement de ces peintres à s’éclipser derrière leurs chefs-d’œuvre, comme pour ce dernier Le Déjeuner sur l’herbe et Olympia. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas présents à l’exposition, qui compense le nombre limité de toiles de l’artiste – 45 – par une mise en perspective avec celles de ses contemporains. Manet a toujours privilégié un regard frontal et franc, sans faux-fuyant ni fioriture. Formé dans l’atelier du peintre Thomas Couture, il a rapidement abandonné les mises en scène chargées pour répondre à l’appel de la lumière et de l’extérieur en se laissant guider par le plaisir de peindre et de travailler vite pour saisir ce qui se présente à ses yeux. On peut le voir dans Le Pêcheur, où la lumineuse blancheur de la chemise de l’homme émerge d’un fond sombre de barques et d’eau. Laissant l’académisme derrière lui, Manet incarne une transition entre la tradition et l’innovation des courants à venir. Quand il peint des natures mortes, il ne cherche pas à faire une composition léchée et élaborée mais il peint ce qu’il a devant lui, un citron, un melon ou le très beau chardon. Il n’est pas là pour organiser le réel mais bien la surface de sa toile et la trace de ses pinceaux. Républicain engagé, il témoigne, à l’instar d’un Goya qui l’avait profondément marqué, de la violence de la guerre franco-prussienne par la puissante Explosion de corps en suspension ou par ce témoignage à distance de l’exécution de l’empereur Maximilien à Mexico.

En pleine lumière

Né dans une famille bourgeoise, Manet est aussi un peintre mondain qui traduit avec détachement et acuité le Paris pétillant et contrasté du XIXe. Toute une salle est dévolue à de grandes toiles de prestige comme le beau portrait de Jeanne Duval, à l’article de la mort, qui semble déjà disparaître sous le poids de sa robe blanche. Il y a aussi ces deux amazones, portraits de femmes pensives toutes de noir vêtues. Dans La partie de croquet, il n’a pas peur de travailler à coups de touches rapides et cisaillés pour poser ses personnages en pleine lumière dans cette ambiance de fin d’après-midi d’été. Et que dire de ce rendez-vous au restaurant du Père Lathuile, où ce jeune homme regarde d’un air énamouré cette belle qu’on voit à peine et qu’on devine les yeux baissés alors que le garçon, en arrêt avec son pichet, semble nous observer avec intérêt. Jeux de regards, vibrations des couleurs, on touche à l’urgence du moment présent. L’exposition se termine par quelques aquarelles dont l’artiste enluminait son courrier ainsi qu’un reportage photo d’époque sur l’exposition organisée par ses amis peintres aux beaux-arts de Paris en 1884, un an après sa mort. On y voit toutes ses toiles accrochées au mur dans une accumulation insensée mais terriblement touchante.

Edouard Manet
Von der Heydt Museum
Wuppertal
Allemagne
Jusqu’au 25 février 2018
www.vdh.netgate1.net

Manet

Edouard Manet, Chez le père Lathuile, 1879, Musée des Beaux Arts de Tournai, Bridgeman Images

Manet

Edouard Manet, L’Amazone, Portrait de Marie Lefébure, 1870-75 Musée d’Art de Sao Polo

Manet

Edouard Manet, L’Explosion, 1871, Folkwangmuseum, Essen Bpk, Hermann Buresch

Manet

Edouard Manet, Le citron, 1880, Musée d’Orsay, Paris, Legs du Comte Isaasc de, Camondo, 1911, bpk / RMN – Grand Palais, photo Patrice Schmidt

Manet

Edouard Manet, La Partie de croquet, 1873, Musée Städel, Francfort, De Agostini Picture Library / Bridgeman Images

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.