Nouvelle exposition de la galerie Esther Verhaeghe Art Concepts au Hangar art center, place du Châtelain à Bruxelles. Cette fois-ci, elle convie l’artiste allemand Martin Streit, dont on avait pu découvrir le travail dans l’exposition collective Résilience en février et mars 2017.

Martin Streit a étudié aux beaux-arts de Münster puis de Düsseldorf. Cet artiste allemand, né en 1964 à Coblence, a vu ces dernières années sa pratique de la peinture s’accompagner à la même mesure de l’usage de la photographie. S’il utilise la photo durant sa résidence d’artiste à la Cité des Arts de Paris, c’est pour soutenir son processus de création. Il ramène du marché aux puces des objets qu’il photographie en noir et blanc pour créer des natures mortes dans son atelier.

En 2010, Martin Streit commence à utiliser une camera obscura – ou chambre noire -, instrument optique objectif qui permet d’obtenir une projection de la lumière sur une surface plane, c’est-à-dire une vue en deux dimensions très proche de la vision humaine. Elle servait aux peintres avant que la découverte des procédés de fixation de l’image conduise à l’invention de la photographie. L’artiste muni d’une camera obscura obtenait une image à l’envers du paysage qu’il désirait reproduire. De nombreux artistes, tels Leonard de Vinci, utilisèrent ce processus pour reproduire fidèlement les vues qui figuraient devant eux.

Ayant construit de petites boîtes faisant office de camera obscura, pour en expérimenter les possibilités, Streit est invité en 2010 par le peintre Georg Schmidt à exposer au Field Institute à Hombroich, Neuss. L’espace qu’il doit investir est étrange. C’est un long couloir – un tunnel – de 48 m de long sur 2,5 m de haut. Il choisit alors de créer une camera obscura presque aussi longue, dans laquelle on peut entrer. La première photo prise avec cet appareil donne un effet – qui l’enchante – étonnamment proche de ses peintures. Depuis, l’artiste a continuellement amélioré le processus, obtenant des résultats qui le ravissent. Il crée une grande partie de ses œuvres avec celui-ci.

En 2014, il installe sa Lichtkammer devant la façade de la cathédrale de Cologne. Il prend un grand nombre de photos de celle-ci à toutes les heures du jour, pour un résultat qui n’est pas sans rappeler les différentes versions de la cathédrale de Rouen par Monet. S’y déploie sa passion pour la lumière.

Depuis, Martin Streit installe sa Lichtkammer partout. Il y capture des vues de la ville, d’architecture, des natures mortes, des personnages. Pour les silhouettes – marchant, se mouvant -, ce qui intéresse Martin Streit, c’est le lien de celles-ci avec le décor. Toutes ses propositions sont floutées ou brouillées. Cet effet de flou, engendré par le procédé de la camera obscura, Streit l’aime et l’entretient. « J’aime que ce ne soit pas concret, pas trop descriptif. Il ne faut pas trop dire la réalité. C’est comme dans un doux rêve », dit-il.

Le flou que nous offre Martin Streit rend ses images fragiles, fuyantes et poétiques. Devant chacune d’elles, l’oeil cherche à faire le point, mais n’y arrive pas. Ce personnage debout sur fond grisé n’est pas reconnaissable. On ne sait pas qui il est. Même chose avec cette autre silhouette qui marche d’un pas affirmé, en diagonale vers l’extérieur du cadre, sur un fond indéfinissable. Elle nous tourne le dos ou son visage est flou. Tout semble dans le brouillard. Ce qui produit un basculement de notre perception. Ce pourrait être nous, ou une personne oubliée puis revenue dans notre mémoire. Une poésie s’installe. Rien n’est permanent. Passé l’instant de la vision, tout peut disparaître. Ou fuir dans l’oubli. Martin Streit continue à peindre tous les jours. « La technique, ce n’est rien, poursuit-il. Ce qui m’importe, c’est de créer une poésie, une émotion, par la lumière, la vibration de la couleur et la forme.  Il n’y a ni concept, ni narration, ni histoire. C’est la vibration de  l’image seule. »

Martin Streit
Poesy of Light
Esther Verhaeghe Art Concepts
Hangar art center
Place du Châtelain 18
1050 Bruxelles
Jusqu’au 7 octobre
Du mardi au samedi de 14h à 18h 
www.estherverhaeghe.com

martin streit

Martin Streit, Gelbes Haus, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

Martin Streit

Martin Streit, Ocker Tuerkis, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

martin streit

Martin Streit, Doppelter Schatten, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

martin streit

Martin Streit, Fuller building, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

martin streit

Martin Streit, Frau mit Rotem Kleid, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

martin streit

Martin Streit, Gelber Mantel, courtesy l’artiste et Esther Verhaeghe Art Concepts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.