Jedd Novatt (New York, 1958) signe sa première exposition en Belgique. Le chaos en est la clé, ce chaos qui bouscule l’univers et notre société. Pas besoin d’en savoir trop pour ressentir cette liberté dont joue l’artiste dans ces imbrications de carrés et de cubes à l’équilibre chancelant. Il cultive géométrie et fluidité dans un heureux métissage de vide et de plein où la masse et le volume s’éclipsent devant l’espace. L’affaire est subtile chez ce funambule de l’art qui ne manque ni d’énergie ni de profondeur ! C’est à la Galerie Faider jusqu’au 4 novembre.

Tenté à l’origine par la biologie, Jedd Novatt se forme au Sarah Lawrence College de New York, puis suit en Provence les cours de l’académie d’art américaine Lacoste School of the Arts. De retour dans son pays, il glisse sa création dans le sillon tracé par le minimalisme mais ne cessera d’avancer et d’évoluer. Connu pour son oeuvre monumentale Chaos Nervion, qui fait face au musée Guggenheim de Bilbao, il travaille aussi bien à grande échelle qu’avec de petits formats. La Galerie Faider expose des sculptures ainsi que dix-sept magnifiques monotypes conçus en 2015 et 2016.

Mais revenons aux trois dimensions. « En métal, en acier cortex ou bien en bronze, chaque élément est différent, souligne Jedd Novatt, comme dans la nature« . Les soudures et les raccords sont visibles. Car cette idée de multiples variétés, d’imperfection, est chère à l’artiste. Elle rend chaque pièce unique. On est loin de l’idée de reproduction et de série ! Le hasard, l’aléatoire font partie de notre existence et du cosmos, ils sont inévitables lorsqu’on repousse les limites de la matière. L’accident, le fortuit sont des outils précieux. L’imprévisible alimente la réflexion et mène à de nouvelles idées.

Pour Jedd Novatt, l’art est tension entre deux pôles, entre deux idées contraires qui luttent entre elles. La sobriété extrême est bien l’une des qualités de ces équilibres magiques qui défient les lois de la gravité. Leur essence est dans cette alternance de vide et de plein. L’œuvre existe déjà dans l’espace mais elle n’est pas visible. C’est la sculpture qui met en évidence et révèle le vide, ce vide qui devient la vraie forme de la sculpture, explique l’artiste. Une œuvre contient tant de mystère. « Au-delà de l’objet, elle appréhende autre chose, nous conduit vers l’infini. » Le vide est non pas néant, mais la frontière entre le sensible et le spirituel, le dépassement de toute limitation. Une exposition qui mérite une attention particulière !

Jedd Novatt
Chaos Los Angeles
Galerie Faider
12 rue Faider
1060 Bruxelles
Jusqu’au 4 novembre
Du mercredi au samedi de 14h à 18h
www.galeriefaider.be

Jedd Novatt

Jedd Novatt, Chaos at PAM, courtesy l’artiste et Galerie Faider, Bruxelles

Jedd Novatt

Jedd Novatt , Chaos 12, 2004 , courtesy l’artiste et Galerie Faider, Bruxellesatt

Jedd Novatt

Jedd Novatt, Chaos L.A. XXIV, 2016, Monotype, courtesy l’artiste et Galerie Faider, Bruxelles

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.