Il vous reste quelques jours pour découvrir Où sont les sons ?, l’exposition d’été à la Centrale for Contemporary Art, au cœur de Bruxelles. On y découvre les installations et créations sonores de seize artistes belges et internationaux.

La Centrale nous a habitués à des expositions où l’on entre comme dans un tunnel sombre qui s’éclaire soudain d’une lumière vive. Il faut, aujourd’hui encore, faire l’effort de plonger dans un propos qui semble complexe mais qui va, au fil de l’exposition, se clarifier et offrir beaucoup de poésie. Carine Fol, directrice artistique de la Centrale, a invité à une carte blanche Aernoudt Jacobs et Christoph De Boeck, fondateur de la plateforme de production et de diffusion sonore bruxelloise Overtoon. Cette dernière produit et diffuse des créations visuelles basées sur le son et propose des résidences de production et de recherche à des créateurs belges et internationaux. Les deux fondateurs ont fait appel à une commissaire spécialiste en la matière, Nicole Gingras. Une vingtaine d’installations petites et grandes émaillent l’espace large et aéré de l’ancienne centrale électrique bruxelloise.

Il faut entrer dans l’exposition sur la pointe des pieds, car nous ne sommes pas assaillis par le bruit mais bien sollicités par une grande diversité d’installations et de sculptures qui émettent des sons délicats, surprenants, grinçants ou poétiques. Le son n’est pas une émanation solitaire, il est le pendant évident du silence, il résonne dans l’espace et s’étire dans le temps. Le son est aussi en lien avec celui qui l’écoute et se l’approprie. Il est donc multiple, pluriel et complexe. Cette complexité est explorée avec bonheur par les différents artistes.

Katerina Unod présente W/HOLE Expansion, une installation constituée d’une immense machine en métal sur laquelle le visiteur doit se pencher pour y insérer une tige de métal qu’il est invité à tenir entre ses dents pour entendre dans sa tête un son qui n’est perceptible que par une vibration délicate à l’intérieur de la boîte crânienne. Les sons sont ensuite décodés par la machine et produisent, au bout d’un écheveau de fils électriques qui rampent sur le sol comme autant de serpents, un texte sur une machine à écrire. On est happé par la taille et l’étrangeté de cette installation et l’expérimenter est une joie enfantine.

Anne-Françoise Jacques a produit Matières en suspension, une vaste installation faite d’objets hétéroclites récupérés, associés et mis en mouvement par de petits moteurs, chaque assemblage produisant un son presque imperceptible. Sur une échelle de bois, au bout d’une tige de métal, une gomme tourne et cogne régulièrement un petit obstacle. Au bout d’un fil de laine, une boîte d’allumettes vide se balance, heurtant des clous fichés dans une plaque de bois. Une brosse à poncer tourne sur son axe, frottant un morceau de carton. Effleurements, chuintements, vibrations, allers et retours plus ou moins réguliers, tous ces mouvements effectués par divers matériaux produisent des sons qui obligent le spectateur à se pencher, à ouvrir l’œil et les oreilles. La vue ici est indissociable de l’écoute, car elle nous aide à comprendre quel son il s’agit d’attraper.

Raymond Gerbais présente des sons silencieux mais pleins de malices : des boîtes de CD sont garnis de cartons avec juste quelques mots écrits dessus. Sourde Muette Aveugle, dit l’un d’eux. Dominique Petitgand nous raconte des histoires. Sur un écran défilent quelques phrases qui décrivent une situation. Un microévénement qui comprend du son et génère en nous la sensation de ce son, sans que nous l’entendions. Magique. Ainsi, Supermarché. En pleines courses, perdu dans une allée à la recherche d’un produit, l’intrusion d’une chanson que j’aime et que je n’attends pas m’immobilise. Me fige au milieu de tout. 

Dans la Box qui précède l’entrée dans l’exposition, superbe installation visuelle et sonore de Franziska Windisch. Vibrations et tintements métalliques invitent le visiteur à une transe sonore et poétique.

Où sont les sons ?
Centrale for Contemporary Art
44 place Sainte-Catherine
1000 Bruxelles
Jusqu’au 10 septembre 
Du mercredi au dimanche de 10h à 18h
www.centrale.brussels

ou sont les sons

Raymond Gervais, Listen and you will see, photo Richard Max Tremblay

ou sont les sons

Katerina UNDO, X/HOLE Expansion, photo Renaud Schrobiltgen

ou sont les sons

Dominique Petitgand, Mes Ecoutes, photo Marc Domage

ou sont les sons

Aernoudt Jacobs, Heliofoon 2, photo Aneil Karia

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.