Art on Paper 2017 ouvre ses portes à Bozar dans les salles Terarken. Il s’adosse au Brussels Gallery Weekend qui, lui, fête ses 10 années d’existence. C’est devenu un rendez-vous pour les collectionneurs et passionnés d’œuvres sur papier. Vingt-cinq galeries présentent chacune un artiste, établi ou émergent, dont le médium principal est le papier. En mars de cette année, Drawing Now Paris nous avait enchantés par la qualité de ses exposants. Gageons qu’Art on Paper sera, lui aussi, un moment de grâce saluant la rentrée.

Le dessin est devenu ces dernières années un médium à part entière que les artistes apprécient pour son aspect direct et sa plasticité. Pas besoin de grandes mises en œuvre, l’expression de l’artiste peut émerger et s’épanouir en un seul mouvement. Cet aspect hardi se traduit aussi souvent par des traits sur le papier qui disent plus qu’une chose. On y voit la trace de couleur sur la surface blanche, plus ou moins soutenue, la couleur utilisée plus ou moins foncée. Mais aussi éventuellement un creux imperceptible dans le papier si, là, l’artiste a utilisé de la force et mis de l’intensité dans son geste. Des déchirures ou des découpes, des collages ou des rehauts peuvent aussi être additionnées au trait. Tout un monde d’expression et de savoir-faire au départ d’un simple trait. Le geste de la main qui trace sur le papier, en connexion directe avec le cœur et le cerveau, non embarrassé de contraintes techniques, font que le dessin vibre d’une infinité de messages.

Les candidatures des galeries sont toujours sélectionnées avec soin. Cette année, le comité de sélection comprend Olivier Gevart, fondateur de l’espace d’exposition Ete 78Denis De Rudder, responsable de l’option dessin à La CambreYves Lecointre, directeur du Frac PicardieJoost Declercq, directeur du Musée Dhondt-DhaenensSophie Lauwers, directrice des expositions à Bozar, le collectionneur Tanguy Van Quickenborne et Catherine de Zegher, directrice de MSK à Gand.

Parmi les habitués comme Rossicontemporary, ArchiraarMartin Kudlek ou Nadja Vilenne, des petits nouveaux dont une galerie coréenne, A-Lounge, ou la galerie tokyoïte Kitaï ainsi que des Anglais, des Allemands, des Autrichiens, etc. Une internationalisation qui démontre deux choses : le dessin contemporain a la cote et la petite foire Art on Paper aussi !

Pour la deuxième année, Eeckman Art & Insurance remet le Eeckman Art Prize for Contemporary Drawing à un jeune artiste ou étudiant, lui allouant une somme pour la production et lui donnant la possibilité d’exposer à l’entrée d’Art on Paper pendant toute la durée de la foire. Le prix est remis cette année à William Ludwig Lutgens, né en 1991 à Turnhout. Il a étudié à la St Lucas Antwerp, où il a obtenu un master en Illustration puis en Research & Design. Il vit et travaille à Gand, où il suit actuellement des cours post-graduat à HISK. Il créera pour Art on Paper 2017 une installation comprenant des muraux, des dessins encadrés, des textes et des impressions.

Art on Paper
Bozar Terarken rooms
23 rue Ravenstein
1000 Bruxelles
Du 7 au 10 septembre
De 11h à 19h
www.artonpaper.be

Art on Paper 2017

Laetitia de Chocqueuse, Saragosse, Dauwens Beernaert gallery, Art on Paper 2017

Art on Paper 2017

Reiko Tsunashima, A Moment of eternity, Kitaï Gallery, Art on Paper 2017

Art on Paper 2017

Cathryn Boch, Sans titre, 2017, Galerie Papillon, Art on Paper 2017

Art on Paper 2017

Bettina Carl, Homme de terre, DuflonRacz Gallery, Art on Paper 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.