Au Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de La Louvière, Alechinsky dévoile des œuvres – pour la plupart jamais montrées – où il intervient en toute liberté sur des documents estampés, manuscrits ou imprimés. Pour s’engager dans une stimulante conversation plastique.

Pierre Alechinsky, c’est un monde, un univers pictural à la fois cohérent et toujours différent. C’est avec une imagination vorace qu’il absorbe tout ce qui passe à sa portée et même le presque rien, du moment que ça titille son imagination.

Toujours en quête du papier le plus absorbant, le plus lumineux et le plus résistant, il fait l’acquisition d’un lot de livres anciens avec de nombreuses pages blanches, mais aussi quelques-unes remplies d’une écriture manuscrite. Pierre Alechinsky laisse alors parler son pinceau et prend pied sur le continent des palimpsestes qu’il n’a eu de cesse par la suite d’explorer avec gourmandise et curiosité. Il s’y approprie des échos du monde, de ses mues de papier, vieilles pelures oubliées qu’il fait entrer dans sa joyeuse cosmogonie.

Un vrai feuilleton

L’exposition s’organise en trois parties. La première est consacrée aux estampages, c’est-à-dire des prises d’empreintes de plaques d’égout ou de mobilier urbain. Dès l’entrée, une grande pièce créée autour de la trace d’un ancien tour d’arbre en fer que lui avait offert un ami. Empreinte prise, il est parti à New York avec ses estampages pliés dans sa valise. Contemplant les blocs de glace qui descendaient l’East River, il a laissé dériver son imagination sur son papier. Les estampages ne donnent pas la réalité mais font surgir des traces de tous ces objets et éléments auxquels on prête généralement peu d’attention. Au tableau de chasse de Pierre Alechinsky, il n’y a pas seulement des plaques d’égout à Arles, Bruxelles, New York ou Pékin, l’artiste s’est également frotté à des cloches en bronze, des pièces de navire, des rampes d’escalier et même de vieux ressorts fatigués.

Le deuxième étage rassemble des dessins et aquarelles réalisés sur des pages de livres, des factures et autres imprimés et manuscrits. Alechinsky s’est amusé à commenter graphiquement des courriers de réclamation reçus par un imprimeur parisien ou la correspondance du duc Prosper d’Arenberg à son conseiller. En ornant de son pinceau malicieux et goguenard cette succession de missives, il crée un vrai feuilleton qui se développe dans le temps. Dans toutes les rencontres entre textes et dessins que provoque l’artiste, on retrouve des grands noms de la littérature comme Marcel Moreau, Octavio Paz, Roger Caillois, Topor et Michel Butor.

Calembours plastiques

Avec Alechinsky, tout est dessin, comme en témoignent ses pense-bêtes, punaisés au mur de son atelier. Il y note les rendez-vous importants des trois mois à venir, mais rapidement ils sont submergés de dessins en totale liberté.

Les derniers rivages du continent sont ceux des cartes géographiques ou de plans de ville. Qu’elle soit scolaire, militaire, ou politique, une carte n’est jamais neutre. L’artiste a pris un malin plaisir à subvertir ces visions géographiques par ses calembours plastiques. Chez Alechinsky, tout peut être prétexte à un dessin ou à des divagations graphiques. Pas tout à fait tout, car l’artiste confiait que ses amis ne se privent pas de lui apporter de vieux imprimés, des manuscrits chinés aux puces ou dans un grenier, pensant l’inspirer. Mais souvent il ne sait rien en faire, car ils ne l’inspirent pas. Un palimpseste est toujours inattendu. C’est ce qui en fait sa singularité.

 

Pierre Alechinsky, Les palimpsestes
Centre de la Gravure et de l’Image imprimée
10 rue des Amours
7100 La Louvière
Jusqu’au 5 novembre
Du mardi au dimanche de 10 à 18h
www.centredelagravure.be

alechinsky les palimpsestes

Marcel Moreau-Pierre Alechinsky, Pointes et feutres 2013, (c) Sabam2017, Centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière

alechinsky Les Palimpsestes

Pierre Alechinsky, Télégramme, (c) Sabam2017, Centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière

alechinsky les palimpsestes

Pierre Alechinsky, Murs et dunes d’Aden.1983, (c) Sabam2017, Centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière

alechinsky les palimpsestes

Alechinsky, Bougival 1986, photo André Morain, (c) Sabam2017, Centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière

alechinsky Les palimpsestes

Pierre Alechinsky, Passerelle, 1986, (c) Sabam2017, Centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.