Présentée jusqu’au 30 juillet à la Kunsthalle de Mayence, en Allemagne, Biotopia est une exposition qui fait peur ! La vie et ses mutations y sont examinées. Un futur proche est sondé. L’horizon est bouché. Une dizaine d’artistes de diverses nationalités, particulièrement attentifs à notre façon de contrôler et de menacer la nature, sont néanmoins en recherche d’alternatives aux impasses annoncées et proposent des pistes.

« Désireux d’emprunter des pistes inédites et de bâtir des modèles pouvant servir de base à de nouveaux concepts de vie, ou tout du moins de participer à changer notre manière de penser, les artistes se frayent un chemin aux quatre coins du monde, s’intéressant aux parts inexplorées de la nature que sont encore quelques pans de jungle et autres abysses », explique l’historienne de l’art et commissaire de l’exposition Sabine Rusterholz Petko, dans sa note d’intention. Réalité virtuelle, animation numérique et impression 3D sont ici convoquées dans des œuvres qui oscillent entre l’évocation de scénarios post-apocalyptiques et celle d’autres possibles en matière d’écologie, entre poésie et dénonciation abrupte de la réalité.
Né en Espagne et installé au Brésil, Daniel Steegmann Mangrané entraîne, par exemple, le visiteur au cœur de la forêt amazonienne par le biais de la réalité virtuelle. C’est aussi de forêt dont il est question dans le travail vidéo du Belge David Claerbout ; une forêt idyllique dont la traversée prend la forme d’un voyage visuel et sonore propice à la relaxation et à la méditation. Changement de décor et d’ambiance avec la projection de Dark Matter – One Million Years Later (2017). L’œuvre signée Monica Studer et Christoph van den Berg fait virtuellement bouillir une soupe primordiale, montrant une origine de la vie aussi multicolore qu’inquiétante. La Lettone Daiga Grantina déploie à travers l’espace d’exposition un ensemble d’objets hybrides et de sculptures dont les formes organiques semblent en constante métamorphose, comme autant de personnages tout droit sortis d’un scénario de science-fiction.

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article  sur www.artshebdomedias.com

biotopia

Dominique Koch, Dead Immortal Jellyfish, photo Quentin Dubret – Julian Charrière, Tropisme, , photo Martin Argyroglo, courtesy Galerie Bugada & Cargnel, VG Bild-Kunst

biotopia

David Claerbout, Tropismes, courtesy galeries Esther Schipper et Sean Kelly / VG Bild-Kunst

biotopia

Vue de l’exposition Biotopia , (c) Baggenstos/Rudolf & Hackteria, photo Norbert Miguletz

biotopia

Monica Studer & Christoph van den Berg, One Million Years Later, courtesy Nicolas Krupp Gallery

biotopia

Vue de l’exposition Biotopia, Phillip Zach, photo Norbert Miguletz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.