From the past to the present est la nouvelle exposition d’art aborigène à voir chez Aboriginal Signature, la seule galerie en Belgique à défendre les créations si spécifiques de l’outback australien.

Bertrand Estrangin, à la tête de la galerie, est parti pendant plusieurs semaines l’été dernier à la rencontre des communautés les plus isolées du centre de ce grand continent. Après 2000 km de pistes, sur le sable rouge du petit village de Kalka, juste 20 maisons égarées au milieu d’immensités désertiques. Un centre d’art, Ninuku Arts, y a vu le jour en 2006. Y surgissent des œuvres étonnantes dans un style plutôt éclectique et surprenant. Les artistes, souvent encore nomades, se partagent entre plusieurs communautés et centres d’art. Certains quittent pour un temps le APY lands et traversent la frontière vers l’état de Western Australia où d’autres membres de leur famille résident.

On remarquera deux œuvres de Jimmy Donnegan, récompensé en 2010 au Musée National de Darwin dans le cadre du prestigieux Natsiaa award. Une toile de 180 x 150 cm reprend les sinuosités et ondulations si reconnaissables de l’art aborigène. Trous d’eau, chemins, pistes et lieux de rituels y créent une danse indéchiffrable pour nos yeux d’Occidentaux et pourtant magique et obsédante. En face, un autre grand format, Arulya – Dreaming Time stories de Tjulkiwa Atira Atira, présente une suite de formes qui font écho aux collines et au mouvement du sable dans le désert. On peut y déchiffrer de nombreuses choses ou se laisser aller à jouir de la beauté et de l’équilibre des formes sur la toile, du chatoiement et de la vibration des couleurs.

Deux petites toiles étonnantes de Harry Tjutjuna, né en 1930 et qui a commencé à peindre il y a quelques années, donc déjà très âgé, peut-être dans un mouvement pour sauvegarder ce qu’il porte en lui de cette culture orale et fragilisée. On y voit deux immenses araignées, tracées en traits larges et baveux, dans une composition graphiquement imparable et qui, étrangement, nous rappelle quelques œuvres de l’art brut. Il s’agit de Spider Man Dreaming, créature emblématique qui a créé le pays de Tjutjuna au Temps du Rêve.

L’art aborigène a sa place dans les plus grands événements artistiques internationaux et, en 2015, lors de l’exposition Country organisée par l’Australian Art Council dans le cadre de la Biennale de Venise. L’ensemble des œuvres présentées dans la galerie sont en vente à des prix plus qu’abordables, une visite s’impose pour les collectionneurs et amateurs.

From the past to the present : Ninuku Arts
Galerie Aboriginal Signature
101 rue Jules Besme
1081 Bruxelles
Jusqu’au 29 avril
Du mercredi au samedi de 14h30 à 19h
http://www.aboriginalsignature.com/

Ninuku Arts

Harry Tjutjuna, Spider Man Dreaming Time stories, courtesy l’artiste et Ninuku Arts, photo Aboriginal Signature gallery

Ninuku Arts

Nyankulya Watson, Ngura Tjuta: Big Country, courtesy l’artiste et Ninuku Arts, photo Aboriginal Signature gallery

Ninuku Arts

Jimmy Donegan, Pukara, courtesy l’artiste et Ninuku Arts, photo Aboriginal Signature galleryu-art-

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.