Visiter le Musée Kröller-Müller est à coup sur dépaysant. Il se cache au coeur du parc national De Hoge Veluwe, dans la province de Gueldre, au centre des Pays-Bas. Pas question de visite éclair. Le lieu mérite le déplacement et cela doit se préparer. L’idéal est un week-end. Le boutique hôtel Sterrenberg, dans la localité d’Otterlo, a été notre relais. Mais beaucoup d’autres solutions sont proposées dans les localités proches des trois portes du domaine. Car le Kröller-Müller se visite à bicyclette. Le parc en possède près de 2.000, mises à la disposition des visiteurs aux entrées. Près de 40 km de pistes cyclables permettent de sillonner les 5.000 hectares de forêts et de landes en toute quiétude.

Le musée se niche dans la forêt. Les bâtiments se fondent dans la végétation et les baies vitrées baignent les salles d’une douce lumière naturelle. Il abrite les collections constituées par Hélène Kröller-Müller et son époux, l’industriel Anton Kröller, entre 1907 et 1922 et les achats réalisés ensuite : plus de 20.000 œuvres dont le deuxième ensemble au monde de tableaux de Vincent van Gogh après celui d’Amsterdam avec 91 toiles et 180 dessins. Elles sont accrochées dans les salles situées au fond du musée. Mais avant de pouvoir admirer la célèbre Terrasse du café le soir ou La Berceuse, le visiteur aura pu admirer le subtil Portrait d’Eva Callimachi-Catargi de Fantin Latour, pleurer devant Le désespoir de Pierrot de James Ensor, rire devant Le clown de Pierre Auguste Renoir et lorgner le lever de jambes froufrouteux des dames du Chahut de Georges Seurat.

Les salles sont spacieuses, lumineuses et aérées. Le Kröller-Müller se visite en flânant et en famille. Les guides et les gardiens sont aimables, mais vigilants. La sculpture est très présente dans les collections. Giacometti et Rodin, Bourdelle et Brancusi, Tinguely et Henry Moore. Les plus monumentales sont dans les jardins, comme Two Adjacent pavilions de Dan Graham dont les parois en glace ravissent les amateurs d’images. Tout est pensé pour ravir le visiteur, le détendre et même le sustenter. Car il lui faudra reprendre des forces pour ensuite remonter en selle et gagner le Sint Hubertusslot, l’ancienne résidence secondaire des époux Kröller-Müller avec sa tour-cheminée se reflétant sur l’étang. Les pistes cyclables sont un vrai bonheur, car le domaine est plat. Aucun effort n’est demandé, sinon celui de pousser sur les pédales. Avec un peu de chance, en sortant d’un virage, vous croiserez une biche ou un daim. Il sera plus difficile en revanche de trouver le troupeau de mouflons. Oui vous lisez bien. Le parc abrite 200 mouflons recensés en trois groupes, mais il faut se lever tôt pour espérer les apercevoir.

http://krollermuller.nl/

 

Kröller-Müller

Vue des salles du musée Kröller-Müller, Pays-Bas, photo Christian Spillmann

Kröller-Müller

Vue des salles du musée Kröller-Müller, Pays-Bas, photo Christian Spillmann

Kröller-Müller

Vue des salles du musée Kröller-Müller, Pays-Bas, photo Christian Spillmann

Kröller-Müller

Vue des salles du musée Kröller-Müller, Paus-Bas, photo Christian Spillmann

Kröller-Müller

Vue des salles du musée Kröller-Müller, Pays-Bas, photo Christian Spillmann

Kröller-Müller

Musée Kröller-Müller, extérieur, Pays-Bas, photo Christian Spillmann

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.