À deux pas du Wiels, sur une grande avenue plantée d’arbres, on trouve un lieu dédié à la photographie, la Fondation A Stichting. Créée par Astrid Ullens de Schooten il y a presque cinq ans, la fondation a comme directeur Jean-Paul Deridder. S’y tient actuellement une exposition du photographe bruxellois Vincen Beeckman. Rencontre avec Astrid Ullens de Schooten, une personnalité attachante.

C’est suite à un voyage de 15 jours en Afghanistan avec Chekeba Hachemi, fondatrice de l’association Afghanistan Libre, qu’Astrid Ullens de Schooten décide de s’engager dans des actions culturelles et pédagogiques chez elle, c’est-à-dire à Bruxelles. La Fondation A Stichting s’est donnée une importante mission pédagogique puisque y sont invités de manière régulière les élèves des écoles du quartier, pour des animations autour de l’image photographique.

Comment démarre un projet et un lieu comme la Fondation A Stichting ?

Astrid Ullens de Schooten.– Le voyage en Afghanistan que j’ai fait en 2006 a été un déclencheur. Nous avons aidé des membres de la tribu des Hazaras, dont une soixantaine de femmes et enfants vivant dans des conditions inhumaines dans les grottes jouxtant les Bouddhas de Bamiyan. Ils ont été véritablement enterrés vivants dans le désert par les talibans. Nous avons constitué des réserves de nourriture et nous avons redonné du travail aux femmes via le tissage de la laine, activité ancestrale dans ces régions. À mon retour, je me suis dit que j’étais Belge et Bruxelloise et que je pouvais faire quelque chose ici. En invitant des classes dans nos expositions, je veux changer le regard des enfants sur le monde qui les entoure, leur donner la parole et leur permettre d’exister.

Vous êtes d’abord une collectionneuse.

Oui, mais ma collection sert de support aux buts culturels et pédagogiques que je me suis fixés. Je n’aime pas le statut de collectionneur. Je ne montrerai d’ailleurs jamais ma collection en une fois.

Quel type de photographies collectionnez-vous ?

Des photos documentaires sur le monde d’aujourd’hui et de demain. La photo n’est pas très souvent montrée ici à Bruxelles. Nous exposons aussi des jeunes photographes, à raison de trois expositions par an. Pour le moment, on peut découvrir le travail du jeune photographe belge Vincen Beeckman (jusqu’au 25 juin). 

Depuis quand avez-vous créé cette fondation ?

La Fondation A Stichting a presque 5 ans d’existence. C’est une fondation reconnue d’utilité publique. Je collectionne depuis longtemps. Notre première exposition a montré les clichés de Judith Joy Ross, une photographe américaine très engagée socialement et politiquement dans son pays.

Comment valorisez-vous votre collection ?

En plus de notre mission pédagogique, nous prêtons beaucoup à des institutions culturelles. Pour valoriser les artistes, nous avons créé des exhibitions sets. Quand c’est possible et justifié, j’acquiers une photographie signée et numérotée et un second exemplaire non signé. C’est cette impression-là qui est prêtée aux musées, diminuant considérablement les frais d’assurance et augmentant ainsi la mobilité des clichés et la visibilité des artistes.

Comment sélectionnez-vous ce que vous achetez ?

J’achète souvent à des jeunes photographes pour leur permettre de poursuivre leur travail et de le faire découvrir. Il faut tout d’abord que le travail soit de qualité, je sélectionne presque toujours des photos argentiques. Je suis aussi attentive au choix du papier, à la qualité des tirages, au sérieux du travail, au questionnement de l’artiste sur le monde d’aujourd’hui et de demain. Si un artiste entre dans la collection, c’est une référence pour lui, qui va l’aider je l’espère. Jean-Paul Deridder, le directeur de la fondation, est présent lors de la sélection. Je voyage également beaucoup pour découvrir de nouveaux artistes.

Que prévoyez-vous pour assurer la pérennité de votre collection?

Tout d’abord, aujourd’hui, nous effectuons un gros travail d’archivage et de bibliographie. Mon souhait pour plus tard est d’assurer la pérennité de la fondation à travers ma famille et espérer que mon œuvre soit une petite participation à l’énergie positive indispensable au monde d’aujourd’hui.

Fondation A Stichting
304 avenue Van Volxem

1190 Bruxelles
http://www.fondationastichting.be/

petit-chateau-vincen-beeckman-2014-2015 vincen-beeckman-3 vincen-beeckman-4  vincent-beeckman-petit-chateau-2017 bruxelles-juin-2016-vincen-beeckman oostende-juillet-2016-vincen-beeckman Guidi

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.