Pour sa 18ème exposition en trois ans d’existence, Aboriginal Signature se concentre sur l’âge d’or d’Utopia, un mouvement artistique aborigène au succès mondial. Ce retentissement planétaire se retrouve concentré à Bruxelles, à l’ombre de la basilique, dans la galerie de Bertrand Estrangin dont les cimaises sont occupées par une vingtaine d’œuvres de qualité muséale.

Pas étonnant si l’on sait que ce mouvement né dans les années 1980 a vu émerger les artistes les plus connus de l’art aborigène, rassemblés patiemment chez des collectionneurs du monde entier. Ce sont ces mêmes artistes qui ont atteint des sommets en ventes publiques, ne citons à ce propos qu’Emily Kame Kngwarreye (1910-1996) dont la peinture monumentale Earth Creation engrangea en mai 2007 plus d’un million de dollars australiens lors d’enchères à Sydney chez Lawson-Menzies. L’artiste qui ne commença à peindre sur toile qu’à 80 ans et continua, grosso modo, jusqu’à ses 88 ans, est également celle qui focalisa tous les regards lors d’une exposition au Musée de l’Hermitage à Saint-Petersbourg en 2000 puis à la Biennale de Venise en 2015. Et c’est la même Emily Kame Kngwarreye que l’on retrouve aujourd’hui à Bruxelles avec deux très belles œuvres exposées chez Aboriginal Signature en même temps que d’autres artistes comme Angelina Kngale, Dave Ross Pwerle, Kathleen Petyarre, Cowboy Louie Pwerle

Ces 25 œuvres rares d’une provenance éthique remarquable appartiennent à la période bénie d’Utopia, de 1990 à 2010. Elles témoignent de la vivacité et de la diversité de ce mouvement né au milieu de nulle part – en plein désert australien – mais dont les racines remontent à plusieurs millénaires, lorsque les Anmatyerres se sont installés à Utopia, ce territoire de 3.500 km² à plus de 240 km d’Alice Springs. De tout temps ses habitants ont peint leur corps et utilisé le sol pour leurs représentations sacrées. C’est seulement à la fin des années 1970 qu’apparaissent les premiers batiks sur soie puis, de fil en aiguille, des peintures sur toiles pratiquées aussi bien par les hommes que par les femmes mais dans une approche très différente. Et il ne faut pas être spécialiste pour en saisir les nombreuses variantes, dont certaines peuvent trouver des résonances dans l’art contemporain et dans nos imaginaires occidentaux… A voir jusqu’au 25 mars.

The Golden Age of Utopia
Arboriginal Signature – Estrangin
101 rue Jules Besme
1081 Bruxelles
Jusqu’au 25 mars
Du mercredi au samedi de 14h30 à 19h
www.aboriginalsignature.com

Utopia

Kathleen Petyarre, Dreaming stories of the cameleon Lizard, photo Aboriginal Signature Estrangin gallery with the courtesy of the artist

Utopia

Emily Kame Knygwarreye, My country, 1993, photo Aboriginal Signature Estrangin gallery with the courtesy of the artist

utopia

Angelina Kngale, Ancestral Dreaming of the Bush Plum, photo Aboriginal Signature Estrangin gallery with the courtesy of the artist

Utopia

Dave Ross Pwerle, After Men Initiation, 1997, photo Aboriginal Signature Estrangin gallery with the courtesy of the artist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.