Ils sont en vedette au Musée d’Ixelles. Plus de 40 ans que ce tandem nous parle de l’humain avec le même amusement, la même audace et la même empathie. La rétrospective Clair-obscur du duo Pierre & Gilles entend démontrer leur singularité et révéler une trajectoire constante mais plus diversifiée qu’on ne le pense. Elle met en avant la complexité d’un art kitsch qui distille un parfum des années quatre-vingt assorti d’une dimension sociale et politique.

Pierre (1950) naît à La Roche-Sur-Yon, Gilles (1953) au Havre. Depuis 1976 ils associent leurs polarités dans une œuvre entre peinture et photographie. Il leur a suffi d’une rencontre pour trouver leur voie sentimentale et artistique. Les Grimaces, un assemblage de portraits montré à l’étage du musée, est leur premier tableau à deux. Pierre & Gilles mettent en scène leurs proches, anonymes ou célèbres, dans des arrière-plans flamboyants construits grandeur nature en atelier. Ces décors sophistiqués sont fabriqués de toutes pièces grâce à d’ingénieux bricolages et des matériaux simples. Une fois la photographie de Pierre tirée sur toile, Gilles commence un méticuleux travail de peinture. Un remix de luxe qui donne une atmosphère désuète, à la manière des cartes postales de nos parents.

A l’étage, le parcours se veut chronologique. Il est amorcé par trois magnifiques portraits qui irradient de leur halo la volée d’escalier : Isabelle HupertStromae et JeanPaul Gaultier, des héros de notre société. Le cinéma, le monde de la chanson et la mode sont les trois piliers de la culture du divertissement et l’inspiration de l’exposition. Au rez-de chaussée l’accrochage entend investir et s’adapter à la configuration de l’espace qui offre une scène fastueuse à Ganymède ou Narcisse, dans une veine néoclassique d’idéalisation et de perfection du corps. Les alcôves latérales de la salle deviennent des chapelles présentant des ensembles thématiques. Pierre & Gilles magnifient et sacralisent leurs personnages, dans une profusion de portraits et d’auto-portraits, lumineux ou bien plus sombres comme celui de Marilyn Manson dans La Chanson de la mort.

Le parti-pris est toujours esthétique, fondé sur une dualité constante. La célébration du corps et l’éloge du beau semblent être le repère de l’accrochage. En peignant les photos,  Gilles veut-il préserver ses personnages de l’usure du temps qui passe ? Le culte de l’image est de notre époque. La mise en scène est conquérante et la richesse iconographique puise tantôt dans la culture populaire, tantôt à des sources classiques et littéraires. Les sujets sont la plupart du temps transgressifs et ambivalents, les allusions érotiques fréquentes dans un désir avoué, nous dit Sophie Duplaix, commissaire de l’exposition,  de faire évoluer les mentalités et de montrer toutes les facettes de l’humain, toutes les gradations, de la plus lumineuse à la plus sombre, du plaisir au devoir. Sans le poids des tabous mais non sans une belle touche d’humour et de nombreux glissements espiègles. Revendications sociales et images marchent souvent d’un même pas.  Ainsi ce Mariage pour tous qui a nourri tant de débats. A l’évidence, il faut être deux pour assumer autant d’audace et oser ces remises en question. Pour croire en un monde meilleur et au respect de l’individu et de ses différences. Si tel est le beau message de cette exposition, Pierre & Gilles gagneraient toutefois à en relayer le propos par une iconographie plus subtile et plus actuelle. L’imagerie qu’ils nous montrent était dans l’air du temps il y a trente ans. Mais aujourd’hui ?

Pierre & Gilles
Clair-obscur
Musée d’Ixelles
71 rue Jean Van Volsem
1050 Bruxelles
Jusqu’au 14 mai 
Du mardi au dimanche de 9h30 à 17h00
http://www.museedixelles.irisnet.be/

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, Le Mariage pour tous autoportrait, 2013, photo Elisabeth Martin

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, Souvenir, 2016, photo Elisabeth Martin

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, 40 ans autoportrait, 2016, photo Elisabeth Martin

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, Fragile, 2007, photo Elisabeth Martin

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, Les deux Marins, 1993, photo Elisabeth Martin

Pierre & Gilles

Pierre & Gilles, vue de l’exposition Clair-obscur, Musée d’Ixelles, 2017, photo Claude Marchal

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.