La Jozsa Gallery fête ses 10 années d’existence avec une exposition en deux chapitres, commissionnée par Gatien Du Bois et présentant l’ensemble des artistes de la galerie. Vient de s’ouvrir le second chapitre, nommé Ad astra et complétant le premier, Per aspera.

Dix ans se n’est pas rien pour une galerie ouverte par une seule personne. Catherine Jozsa a depuis le début sélectionné des artistes pointus dont l’engagement sociétal et politique la passionne. Sans jamais se soucier de l’aspect commercial de leur travail, elle les a exposé avec toute la passion qu’on lui connait. Per aspera ad astra est une locution latine signifiant Par des sentiers ardus jusqu’aux étoiles. Choisie par le commissaire, elle détaille la démarche artistique souvent riche et complexe des artistes de la galerie. Et elle résume on ne peut mieux la route pleine de dangers que fréquente la plupart des galeries, dans le monde culturel mondialisé d’aujourd’hui. Il faut sélectionner les artistes, mais aussi faire venir les passionnés et surtout les collectionneurs dans la galerie. Et il faut vendre, pour faire tenir toute l’affaire ensemble et servir les artistes. Un challenge constamment renouvelé, qui ne s’achève jamais, au milieu d’une foule de missions connexes toutes aussi importantes : sélectionner les artistes et les œuvres, monter les expositions, communiquer sur celles-ci, relayer les actualités des artistes, ouvrir les shows par des vernissages, participer à quelques foires, tenir à jour les outils de communication de la galerie, comme le site internet, prévoir des futures expositions,…

Un challenge sans doute parfois épuisant qui ne peut être relevé que par la passion et l’envie de partager ses découvertes. Deux choses qui animent Catherine Jozsa. Pour ce deuxième chapitre, célébration d’anniversaire, voici un immense dessin de Aleksandra Chaushova, qui a gagné en septembre passé, lors d’Art on Paper, le Eeckman Art Prize. Une corde à noeuds comme celle de nos cours de gymnastique d’enfance, mais en résine transparente, de Lucie Lanzini, les boîtes musicales de Natalia de Mello, l’archivage via photographies de l’évolution des monuments dans l’ancien bloc de l’est de Yerbossyn Meldibekov, une pièce en métal découpé de LelloArnell et d’autres pièces…

… ad astra
Jozsa Gallery
24 rue Saint-Georges 
1050 Bruxelles
www.jozsagallery.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.