On avait pu découvrir Adrien Lucca à Maison Particulière et plus tard chez Levy Delval. Aujourd’hui, il présente chez Eté 78, en trois chapitres, son travail impliquant le vitrail et la fresque murale.

Situé rue de l’Eté 78, Eté 78 est un petit centre d’art ouvert par un collectionneur privé, avec une programmation pointue et toujours très travaillée. Les deux premières semaines de l’exposition Lucca, on a pu découvrir la genèse des vitraux réalisés par l’artiste pour la station de métro Place d’Armes à Montréal à la suite d’une compétition qu’il a remportée. Quatorze vitraux rétro éclairés par led reproduisent les couleurs de la lumière du soleil du solstice d’été – le 21 juin – en 2015. Il est vrai qu’Adrien Lucca démarre chaque création par un travail important de décomposition de la couleur, qu’il opère avec l’aide de la technologie informatique. Ici, il a mis au point un programme qui lui a permis de décomposer l’image obtenue en larges pixels. Ces pixels forment sur le vitrail final des carrés de 4 x 4 cm. Il a fallut choisir les couleurs de chaque carré de verre coloré chez un des derniers artisans qui possède un stock de verre plat pour vitraux. L’artiste a conçu une petite maquette puis une plus grande. Aujourd’hui les 14 vitraux sont en route vers Montréal et, chez Eté 78, on découvre les dessins préparatoires, la méthode de sélection des couleurs, les maquettes, un grand vitrail et d’autres éléments qui feront l’objet d’un livre racontant trois années de travail sur cette importante réalisation.

Le lieu est visible sur rendez-vous, principalement le we. Ce samedi 4 mars vous pouvez découvrir le deuxième chapitre de l’exposition, qui porte sur des vitraux réalisés pour l’abbatiale de Sylvanès en France. Toujours à partir de mesures physiques, prises sur place durant l’été 2016, Lucca a développé un projet basé sur la propriété de certains verres opalins qui changent d’apparence visuelle en fonction de l’orientation, de l’intensité et du spectre de la lumière qui les touche. « Ceci m’amène à concevoir ce projet sous la forme d’une partition avec le soleil jouant pour ainsi dire le rôle de chef d’orchestre et les vitraux celui des interprètes« , raconte l’artiste.

Les deux dernières semaines d’exposition seront consacrées à la réalisation d’une fresque murale pour le centre communautaire flamand Het Huis en construction à Uccle. Projet pour lequel Lucca prévoit d’employer des lumières led dichromes qui rendent daltonien.

Même si la genèse de chacune des créations d’Adrien Lucca se fait sous l’égide de la technologie, la beauté plastique, le savoir-faire, ses gouaches vues chez Levy-Delval, le travail avec les artisans et sa passion pour la lumière et tous ses effets sont au cœur de celles-ci et attirent avec tendresse l’œil du visiteur.

Adrien Lucca
Mémoire d’atelier en trois projets
Eté 78
78 rue de l’été
1050 Bruxelles
Jusqu’au 25 mars
Sur rendez-vous : info@ete78.com

Adrien Lucca

Adrien Lucca, vitrail pour le métro de Montréal, courtesy l’artiste

Adrien Lucca

Adrien Lucca, vitrail pour l’abbatiale de Sylvanès, courtesy l’artiste

Adrien Lucca

Adrien Lucca, échantillons de verre pour les vitraux pour le métro de Montréal, courtesy l’artiste

Adrien Lucca

Adrien Lucca, échantillons de verre pour les vitraux pour le métro de Montréal, courtesy l’artiste

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.