Banksy, Rodeo Girl, 2009, crayon et huile sur toile, lot 19, estimation 200-300.000 euros, vente Urban Anthology chez Artcurial le 28 février 20017 – www.artcurial.com

Le 28 février prochain, la maison de ventes française organise à Paris sa première dispersion d’une collection privée d’art urbain. Une façon pour Artcurial de dresser l’ Urban Anthology d’un collectionneur passionné d’art urbain. L’ensemble, rassemblé par ce précurseur également sensible à l’art contemporain, tient en 23 pièces qui retracent à elles seules un panorama des différentes périodes et courants de cet art. Ce sont d’ailleurs les artistes urbains les plus iconiques de ces dernières décennies qui s’y retrouvent. L’Américain Rammellzee est présent avec trois œuvres témoignant du graffiti historique des années 1980-90 mais également Shepard Fairey avec pas moins de 6 pochoirs dont certains en grands formats ainsi que Kaws avec un de ses célèbres Companion, ce personnage en fibre de verre peinte proche du style Disney et des illustrations de Takashi Murakami, que Artcurial propose pour un montant de 150-250.000 euros. C’est la première fois qu’un Companion en version monumentale – 2 mètres de haut ! – est vendu aux enchères dans le monde ! L’incontournable Banksy est bien sûr de cet ensemble dont la cohérence pourrait rimer avec l’art du détournement. Car, au-delà de l’attrait esthétique qu’elles peuvent exercer, ces œuvres livrent un message bien plus complexe, en lien avec la société actuelle qu’elles critiquent, dénoncent ou tournent en dérision. Ainsi en est-il des deux œuvres décoiffantes que Banksy propose ici, histoire de  mettre à mal les valeurs établies, l’art, la spéculation, les symboles de la culture populaire et de la société de consommation tout en y participant. Sa stèle en marbre et bois intitulée Picasso Quote gravée de la citation de Picasso « Bad artists imitate, great artists steal » (les mauvais artistes imitent, les grands volent) et sur laquelle Banksy raye le nom du peintre catalan pour y apposer sans aucun complexe le sien ! (lot 17, 2009, estimation 100-200.000 euros). Dans la seconde œuvre, Rodeo Girl, l’artiste anglais s’attaque à deux icônes de la culture populaire américaine : le rodéo et la pin-up en présentant cette dernière édentée et chevauchant une bombe de peinture, symbole irrévérencieux de l’art contestataire (lot 19, estimation 200-300.000 euros). La vente ne s’arrête pas en si bon chemin, surtout pour les amateurs de cet art plus ou moins contestataire, avec des figures comme Barry Mc Gee, Kenny Scharf, Chris Johanson, Ryan Mc Ginness et un seul Français : Jules de Balincourt. L’artiste vit aux Etats-Unis où il a été formé et où il travaille. Sa grande huile intitulée Virtual world embrace de 2010 est attendue autour des 40-60.000 euros. Visible à Paris les 25, 26 et 27 février prochain.

 

Urban Anthology

Banksy, Rodeo Girl, 2009, Artcurial

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.