Installée chez nous depuis moins d’un an, la Galerie Félix Frachon se fraye déjà une jolie place à Bruxelles. Elle qui s’intéresse aux jeunes pousses de la scène contemporaine indienne invite cette fois-ci Prathap Modi. Un travail stylisé et esthétique de gravure, une technique d’expression d’antan dont l’artiste explore l’esprit et les exigences avec un regard actuel. Visite.

Né en Andra Pradesh en 1983 mais résidant à Vadodara, capitale culturelle de l’état du Gujarat, Prathap Modi est diplômé et médaillé d’or du Département de gravure et d’arts graphiques de l’Université Andhara ainsi que de la Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Baroda. Formé à la gravure, il plonge donc dès le début dans ce médium et le fait avancer.

Mais revenons à l’exposition. Self est une connivence entre pigments et fibres du bois, une matière tellement vivante. L’iconographie de chaque pièce est simple ; elle s’inspire de la symbologie hindoue sans renoncer à la richesse des sensations et des matières, avec à la clef une belle saveur philosophique. Matrices et impressions sur papier se côtoient dans la galerie, en solo ou bien en triptyques. Coloriste avant tout, Prathap Modi met en relief ses dessins dans une riche palette de tonalités. Il séduit autant par l’aspect organique des couleurs que par la taille de ses œuvres. On est loin des formats modestes et des créations bichromes auxquels on s’attend quand on pense gravure.

Une vidéo éclaire le visiteur sur la complexité de la technique et sur un procédé de création qui libère de si magnifiques images. Un œil de peintre guide le geste qui applique la couleur avec le dos d’une cuillère. Où s’arrêtent les arts graphiques, où débute la peinture, où commence la sculpture, se demande-t-on. Grattages et superpositions ouvrent des perspectives infinies, dont l’artiste creuse et exploite les qualités tactiles dans les lainages, les drapés, les chevelures ou les pelages des animaux. Il s’y dépeint dans des postures statiques différentes qui accrochent le regard par leur force et leur sérénité quasi spirituelle. La technique induit le rythme, la lenteur d’un travail de longue haleine qui, par son côté artisanal, risque et autorise l’imperfection. L’artiste sait que l’accident, l’imprévu, peuvent survenir, rendant chaque tirage unique. Self, un répit dans les turbulences du monde !

Prathap Modi
SELF
Galerie Félix Frachon
5 rue Saint Georges
1050 Ixelles
Jusqu’au 18 mars 
Du mardi au samedi de 11h à 18h
www.felixfrachon.com

Prathap Modi

Prathap Modi, Self, 2012, courtesy Galerie Félix Frachon

Prathap Modi

Prathap Modi, Vue de l’exposition « Self », courtesy Galerie Félix Frachon

Prathap Modi

Prathap Modi, I want to give something for the society, 2012, courtesy Galerie Félix Frachon

Prathad Modi

Prathad Modi, Self, 2012, courtesy Galerie Félix Frachon

Prathap Modi

Prathap Modi, Self, 2012, courtesy Galerie Félix Frachon

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A propos de l'auteur

Elisabeth Martin

Collaborateur
"Tout le monde discute mon art et fait semblant de comprendre, comme s'il était nécessaire de le comprendre, quand il s'agit d'aimer…" - Claude Monet
Traductrice, pédagogue, licenciée en sciences humaines et histoire de l' art à l'Université Ouverte de Barcelone (UOC). Passionnée d'art contemporain avant tout, elle collabore avec certains artistes et rédige reportages et critiques depuis 2010. C'est un regard personnel qu'elle souhaite montrer sur ses découvertes et intérêts.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.