Yang Jiechang tend des passerelles entre les mondes : jusqu’au 11 février, la galerie parisienne Jeanne Bucher Jaeger consacre tout un espace à l’artiste chinois qui célèbre cette année ses soixante ans. Papier marouflé sur soie, peinture à l’encre et poudre de coquillage, enregistrements sonores et performances calligraphiées témoignent d’une quête personnelle entre politique et métaphysique.

Sur la terre comme au ciel est le titre de la rétrospective dédiée à ce « magicien de la terre » marqué par la révolution culturelle de Mao Zedong, transcendé par le taoïsme, le bouddhisme zen et trente ans de pratique artistique quotidienne. En 1989, Yang Jiechang s’installait au pays de Marcel Duchamp, à l’issue d’une première exposition collective au Centre Pompidou. Aujourd’hui, il revient avec nous, sur ses liens avec la Chine, « qui ne l’a jamais quitté ».

Aussi sombre, radicale et brute que minutieuse, lumineuse et complexe, l’œuvre de monsieur Yang, garde rouge dans les années 1970, prend forme sur les bases d’un apprentissage de la calligraphie et des techniques traditionnelles chinoises, enseignées à l’Académie des beaux-arts de Canton. Présenté comme travail de fin d’études en 1982, Massacre, un grand triptyque à l’encre sur papier (330 x 320 cm) nous accueille avec effroi sous la verrière de la mythique galerie parisienne fondée par Jeanne Bucher en 1925. Cette fresque de têtes coupées jonchant le sol transcende autant les enseignements rigides du réalisme socialiste et sa culture du portrait ouvrier que le classicisme asiatique de la peinture à l’encre. (…)

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article  sur www.artshebdomedias.com

Yang Jiechang

Yang Jiechang, St Arbre-Feu Blanc (détail), Yang Jiechang, 2009, courtesy galerie Jeanne Bucher Jaeger

Yang Jiechang

Yang Jiechang, On Ascension – Two Clouds 20.03.2003, 2003, courtesy galerie Jeanne Bucher Jaeger

Yang Jiechang

Yang Jiechang, Oh my god ! (détail), 2003, courtesy galerie Jeanne Bucher Jaeger

Yang Jiechang

Yang Jiechang, Je ne veux pas travailler (Tale of the 11th Day Series), 2010, courtesy galerie Jeanne Bucher Jaeger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.