Le voyage vers l’île musée de Naoshima commence dans le petit port d’Uno, sur la mer intérieure de Sato. Le voyageur descend de l’omnibus parti d’Okayama, berceau de la famille Fukutake, les richissimes mécènes du projet, et embarque sur un ferry.

La traversée est brève et apaisante. Le Benesse Art Site se niche au sud de l’île. Un immense domaine bordé de plages et de monts boisés. Pumpkin, de la Japonaise Yayoi Kusama, garde la baie. Le soir, les jeux de lumière transforment la citrouille en fanal. La sculpture est l’œuvre la plus photographiée de ce musée en pleine nature.

Le Benesse Art Site est un complexe composé d’un hôtel de luxe et de trois musées, conçu par l’architecte Tadao Ando. Harmonie de béton, de bois et de verre, les bâtiments se fondent dans la nature. L’art contemporain est omniprésent dans les chambres, les couloirs, les salons, les galeries. Mais l’univers de Tadao Ando, très esthétique, peut paraître froid. Heureusement, Niki de Saint Phalle égaie ce cadre avec cinq de ses œuvres ludiques et colorées. Le banc veille à l’entrée du restaurant français. Camel, Elephant et Cat jouent autour de La Conversation dans le parc, qui est ouvert au public contrairement au reste de l’hôtel dont les accès sont protégés par des cellules magnétiques.

Le Benesse House Museum a été édifié sur une hauteur et domine la baie. Son restaurant japonais propose une cuisine tout en raffinement. Il faut réserver pour dîner. Mais le visiteur peut ensuite flâner en toute quiétude pour une visite nocturne, une possibilité également offerte aux locataires des dix chambres situées aux étages. Les insomniaques peuvent ainsi contempler Gua Gua de Basquiat, frémir devant les tableaux de Jannis Kounellis et, assis sur une chaise dans une cellule ronde, compter les réflexions de 100 Live and Die, une installation lumineuse de Bruce Nauman. Un monorail mène au bâtiment Oval, une audacieuse prouesse architecturale dont l’accès est hélas réservé aux seuls clients de ses quatre suites.

Deux autres musées ont été créés sur le domaine. Le Chichu, le musée dans le sol, a été conçu par Ando comme un écrin pour les Nymphéas de Claude Monet. Le visiteur traverse un petit jardin et son plan d’eau, réplique de ceux de Giverny, pour accéder au musée. Il doit accepter de se déchausser pour pouvoir admirer les cinq tableaux de Monet accrochés dans une salle souterraine baignée par la lumière naturelle. Il devra ensuite patienter pour accéder à Open Sky de l’Américain James Turell et promettre le silence pour pénétrer dans l’enceinte où est installée l’immense sphère de l’Américain Walter de Maria.

Le second musée a été réalisé par et pour l’artiste sud-coréen Lee Ufan, chef de file de l’école Mono-ha (l’école des choses). Tadao Ando a dessiné une structure en béton avec un accès labyrinthique. Là aussi, la lumière naturelle illumine les méditations de l’artiste.

Le séjour serait incomplet sans la visite du Art House Project et du Musée Ando dans la petite localité de Honmura, à la sortie du domaine, sur le chemin du port. L’art contemporain fusionne avec la tradition. Le village est resté dans son jus, avec ses maison en bois, ses temples et ses ruelles étroites. Les artistes ont restauré d’anciens bâtiments laissés à l’abandon. Le visiteur est invité à un jeu de pistes, plan en main, à la découverte des sept lieux consacrés à l’art. Le plus impressionnant est Minamidera (Temple du sud). Il abrite Backside of the moon de l’Américain James Turrell. Une expérience sensorielle de 15 minutes dans le noir le plus complet. Le retour à la lumière du jour est un véritable moment de grâce. Cette étrange expérience, jugée par certains un peu oppressante, ne saurait gâcher la plénitude ressentie après ce séjour dans ce havre de calme, loin, très loin des stridences des villes.

Naoshima est accessible via Okayama par avion et par train rapide Shinkansen (3h30 de Tokyo, 1 heure de Kyoto ou Osaka, 40 minutes de Hiroshima). Ajouter une heure de train pour arriver à Uno et 20 minutes de traversée en ferry.

Naoshima

Vue sur les Nymphéas de Claude Monet, Chichu, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

Naoshima

Jean-Michel Basquiat, Benesse House Museum, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

naoshima

Benesse House Museum, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

naoshima

Entrée du musée Lee Ufan, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

naoshima

Niki de Saint Phalle, Le banc, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

naoshima

Benesse House Museum, île de Naoshima, photo Christian Spillmann

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.