Le Musée de l’Ermitage accueille, jusqu’au 30 avril à Saint-Pétersbourg, une vaste rétrospective du travail du plasticien belge Jan Fabre. Un événement préparé depuis près de dix ans qui voit quelque 230 œuvres entrer en dialogue avec les collections antique, classique et moderne de la prestigieuse institution russe.

En 2008, il avait été le premier artiste contemporain invité à exposer au cœur des collections du Louvre. Dix ans plus tard, il renouvelle l’exercice à l’invitation inédite de l’Ermitage, l’un des trois plus grands musées du monde avec l’institution parisienne et le Metropolitan Museum de New York. « Nous avons décidé de convier Jan Fabre juste après son exposition au Louvre, expliquait Dimitri Ozerkov, commissaire de l’exposition et directeur du département Art contemporain du musée, lors du vernissage en octobre dernier. Nous avons commencé à chercher des points de jonction. Il nous a fallu dix ans pour le faire, mais une bonne exposition est toujours longue à préparer. L’artiste se présente ici comme un chevalier de la culture qui vient au musée comme il marcherait à l’autel pour mettre un genou à terre devant l’art. » …

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article  sur www.artshebdomedias.com

Jan Fabre

Jan Fabre, L’homme qui mesure les nuages, 2003, courtesy Collection Linda et Guy Pieters , photo Jan Fabre / Angelos bvba

Jan Fabre

Jan Fabre, The Carnival of the Death Streetdogs, 2008, photo Jan Fabre / Angelos bvba

Jan Fabre

Jan Fabre, The Appearence and Dissapearance of Antwerpen I, 2016, photo Jan Fabre / Angelos bvba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.