A l’Association du Patrimoine Artistique, au Sablon, revoici Vincent Strebelle, qui présente des œuvres qui illustrent toute sa carrière commencée en 1968. A voir jusqu’au 1er janvier 2017.

Les créations de Vincent Strebelle surprennent par leur variété. Née d’idées originales et logiques en même temps, chaque œuvre découle d’une autre, puis à son tour en engendre une nouvelle, comme il se plaît à l’expliquer. On perçoit mieux encore ces liens par leurs titres et les petites phrases qui les accompagnent, souvent humoristiques ou empreintes de sagesse.

Artiste prolixe, tout en se disant paresseux, il est expérimental face aux matériaux, sans préjugé devant leurs échelles. Qu’il s’agisse de boîtes à conserve trouvées écrasées sur les routes du Portugal pour en faire les boîtes tableaux de Pobral, ou de noix de coco polies dans une bétonnière pour créer un invraisemblable jouet de décontraction, le Rammelkast, ou encore lorsqu’il manipule de la mie de pain et en arrive à la réalisation de toupies monumentales : tout est jeu, matière à divertissement et débouche sur des créations aux multiples dérivés. C’est ainsi, il peint et sculpte comme il respire, c’est un besoin naturel.

Lorsqu’il se veut sérieux et entreprend de développer ses opinions politiques ou religieuses, il les aborde de manière humoristique, voir déjantée : un Transatlantique en toile militaire pour évoquer le Repos du Guerrier, une balance pour peser le Poids des Religions, le Grand Saut de Christ cloués à leur crucifix… S’il enfuit dans le plâtre un Nain de jardin ou plante un Gant de jardin dans un pot de fleurs, peu importe, il regarde toujours avec le même plaisir ses inventions et nous communique un peu de son bonheur. C’est grâce à son enfance en Afrique, avec ses parents qui refusaient le Congo des colons et qui lui ont fait découvrir la vraie richesse culturelle des hommes et des femmes de ce pays, que Strebelle a développé ses qualités humaines et a, peu à peu, appris à exploiter ses capacités personnelles : concrétiser ses idées, sans les prendre trop au sérieux et créer ses propres codes.

Depuis ses premières œuvres, passant de la Manipulation d’Objets à la Matérialisation des Ombres, travaillant les Noyaux d’Ombres ou peignant ses Volumières, il a multiplié ses recherches, et sa passion pour l’architecture lui a permis de développer sa faculté à rebondir face aux propositions. Avec cet esprit d’invention et de curiosité qui le caractérise, il a donné naissance à des sculptures monumentales qui s’insèrent aujourd’hui aussi bien dans les bâtiments que dans le paysage urbain. Une certaine modestie accompagnée d’un aplomb convaincant, sa façon bien à lui de penser le monde, sa camaraderie et sa convivialité généreuse, c’est tout ce qui définit Vincent Strebelle.

Vincent Strebelle
Association du Patrimoine artistique

7 rue Charles Hanssens
1000 Bruxelles
Jusqu’au 1er janvier 2017
Du jeudi au samedi de 14h à 18h
www.associationdupatrimoineartistique.be/

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Transatlantique, courtesy l’artiste

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Petit train – pelle du cantonnier, courtesy l’artiste

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Main d’œuvre, courtesy l’artiste

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Intersections, courtesy l’artiste

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Genius at work, courtesy l’artiste

Vincent Strebelle

Vincent Strebelle, Perverse, courtesy l’artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.