Leonid Purygin, Bateau miracle, 1988, estimation 15-20.000 euros, lot 15 de la vente Art contemporain russe des années 80 de Cornette de Saint Cyr – www.cornettedesaintcyr.be

Cette grande huile aux couleurs quasi psychédéliques signée Leonid Purygin est une des 54 œuvres d’artistes russes contemporains que Cornette de Saint Cyr mettra aux enchères à Bruxelles le 19 décembre prochain. Cette vente qui se met en place, alors que Beaubourg célèbre l’art russe contemporain avec l’exposition Kollekstia, rassemble des œuvres d’artistes avant-gardistes datant du milieu des années 1980. Cette époque est celle de l’avènement de la perestroïka qui provoqua un véritable élan créatif qui trouvera son expression dans des ateliers moscovites underground.

Une première reconnaissance des artistes par le président Gorbatchev leur laisse entrevoir de nouvelles possibilités de travail et d’exposition. Ces créateurs de l’ombre, jusqu’alors solitaires et isolés, affluent de toute l’Union Soviétique vers Moscou où ils se regroupent en diverses associations informelles. Les squats se multiplient dans la capitale, comme celui du 49 rue Furmanny, où de nombreux jeunes artistes travailleront et, parfois, résideront entre le printemps 1986 et la fin 1989.

Cette vente est la dispersion d’une partie d’une collection qui regroupe des œuvres exécutées uniquement par les artistes de ce squat durant cette courte période. Parmi eux, on trouve Leonid Purygin (1951-1995) avec le Bateau miracle, une peinture typique de cet art un peu naïf, limite fantastique, que les Russes ont pour leur part catalogué dans l’art brut. Originaire de Narofominsk, ce créateur autodidacte grandit dans un univers marqué par la mythologie, le folklore, les légendes et les nombreux jouets provenant de l’usine de jouets dont son père était directeur. Ce monde fantastique, où des monstres, des animaux féériques ou des objets magiques croisent des figures bibliques ou issues de grands mythes fondateurs, demeure un monde très personnel dont le sens nous échappe. Qui sont tous ces personnages emportés dans ce Bateau miracle qui tient autant de l’animal hybride que de l’arche de Noé ? Et ces masques poissons ou méduses aux couleurs acidulées qui naviguent dans les bleus du ciel ?

Si on y retrouve certains thèmes et figures récurrents dans l’œuvre de Leonid Purygin, l’interprétation reste mystérieuse. Le texte qui y est apposé n’est autre que la signature de l’artiste ! Le caractère polysémique de l’œuvre n’enlève rien à son pouvoir de séduction, l’artiste n’étant pas un inconnu du marché de l’art, surtout britannique.

Leonid Purygin

Leonid Purygin, Bateau miracle, 1988, Cornette de Saint Cyr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.