On connaît Jean-Michel Meurice pour être un des fondateurs d’ARTE et pour son travail de documentariste, notamment sur d’autres grands artistes tels que Pierre Soulages ou Sonia et Robert Delaunay. Mais Meurice est également célèbre pour être un des grands peintres de la couleur. L’une et l’autre de ces disciplines – la création documentaire, la peinture – se répondent, s’alternent et se nourrissent depuis les années 1960.

Le LAAC de Dunkerque dispose, dans quatre salles, différentes époques et styles du travail de Jean-Michel Meurice. La toute première œuvre de l’exposition, une bobine de film déroulée et peinte, numérisée et diffusée sur écran, donne le ton. Car c’est le mouvement dans la couleur et la vision du monde au travers de cette dernière qui prime pour cet artiste qui, comme l’affirme son ami Pierre Soulages, « prend la peinture par les cornes ». Dans cette optique, l’on peut dire que c’est le cinéma qui aura formé l’œil pictural de Meurice.

On retrouve dans cette première partie, intitulée Supports pop, le travail de l’artiste dans les années 1960, des superpositions de couleurs vives et criardes et l’utilisation de matériaux issus de la société de consommation tels que des plumes, toiles de plastique ou film aluminium. Comme inspiration, du pop art presque avant-garde et la peinture zen et autres cultures d’Extrême-Orient. Il y a chez Meurice une volonté de repartir à zéro dans l’expression de la peinture abstraite : comment aller plus loin, par exemple, que l’expression lyrique de Pollock ? Pour ce faire, il ne choisit pas de sujet : l’objet est la peinture elle-même.

La seconde salle, Tout couleur, présente les années 1970. On peut y admirer – pas d’autre verbe face à un tel brio – des toiles déroulées et accrochées au mur, faisant songer à l’art textile. Pour les réaliser, l’artiste a travaillé à même le sol en traçant et en superposant des larges bandes de couleurs. Il y a ici un rapport particulièrement important entre peinture et architecture : le blanc du mur compte tout autant que les toiles colorées. Il y a un travail d’effacement de formes trop rigides, un divisionnisme de la couleur. « Je veux que ce soit non nommable », affirme l’artiste qui nous accompagnait lors de notre visite de l’exposition. « Le peintre doit faire vivre le non peint. Tout est musique, à commencer par le silence. »

La troisième salle, Scars, expose un autre travail des années 1970, très différent du premier. Dans celui-ci, Jean-Michel Meurice désire renouer avec les courbes et les contre-courbes de l’arabesque. La feuille d’arbre – figuier, laurier, platane – y est son outil principal. A partir de la feuille en pochoir, l’artiste développe une nouvelle grammaire de la peinture.

La dernière salle présente Ipomées, une série réalisée à la fin des années 2000 dans laquelle l’artiste retrouve la liberté de la main. Il trace à main levée, à l’acrylique, au pastel gras et sur des rideaux de douche, de grandes arabesques qui représentent des corolles de fleurs d’ipomées, de belles-de-jour ou d’aethuses.

Arrêt du cœur absolu, de notre côté, pour les toiles déroulées et leurs différentes épaisseurs et textures et pour ces ipomées, délicates et précises, où Meurice démontre qu’il fait siens chaque époque et chaque registre. « Un détail suffit à faire imaginer plus large, beaucoup plus large », affirme-t-il. Et il a tout dit. La frontière vaut la peine d’être passée pour l’occasion.

Jean-Michel Meurice
Une rétrospective
LAAC
Dunkerque
France
Jusqu’au 2 avril 2017
http://www.musees-dunkerque.eu/nous-connaitre/laac/

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Vinyl Navajo, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, la Barnum, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Kaariye Walid, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Hix, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Ludius, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Ipomée, (c) Adagp Paris

Jean-Michel Meurice

Jean-Michel Meurice, Yzlment, (c) Adagp Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.