En attendant la réouverture du Musée de Tervuren, Bozar a le privilège de présenter une acquisition récente en matière d’art d’Afrique Centrale. Il s’agit d’une grande collection d’art populaire rassemblée sur place par un chercheur polonais, Bogumil Jewsiewicki, durant les 40 dernières années, après la période coloniale donc. Pas moins de 2000 tableaux. Un ensemble tout à fait unique.

Ces dernières décennies, il y a déjà eu plusieurs tentatives de lancer l’art congolais contemporain sur le marché européen. Sans grand succès. C’était souvent une peinture fabriquée à la commande pour les galeries européennes. A découvrir dans des salles moins connues de Bozar, une exposition qui est une sensation puisqu’elle montre les œuvres et la documentation – presse, photos, etc. – de cet art populaire congolais. Une mise en situation passionnante.

Au Congo, la peinture existe depuis toujours sous plusieurs formes. Il y a la peinture sur fond de sable par exemple, non pérenne sous le climat de ce pays. Les artistes peignent aussi souvent sur les murs. Dans le grand hall du Palais des Beaux-Arts, un des murs a été peint de cette façon par la commissaire de l’exposition, Sammy Baloji. Les artistes peignent aussi sur toile, en utilisant de la peinture industrielle. Ces tableaux ne sont pas encadrés, mais cloués au mur.

Si posséder un tableau peut donner un certain prestige, l’intention de le conserver longtemps n’existe pas. Le matériel utilisé ne le permet d’ailleurs pas. Tout cela fait que cet art est complètement ancré dans le présent. Un peintre doit vendre plusieurs œuvres par semaine pour survivre. Les sujets touchent à l’actualité politique : le régime colonial sévère suivi du régime d’indépendance offre beaucoup d’inspiration pour la représentation d’évènements dramatiques. Mais des motifs ancestraux survivent cependant.

Dans ces tableaux, on trouve tous les styles : anecdotique, paisible, agressif, très élaboré à plutôt naïf. C’est bien la première fois que le public belge a l’occasion de découvrir le contexte réel de l’art congolais contemporain. Cela changera le statut des souvenirs africains rapportés par l’un ou l’autre grand-oncle. Et ce n’est que justice faite.

Congo Art Works
Palais des Beaux-Arts
23 rue Ravenstein
1000 Bruxelles
Jusqu’au 22 janvier 2017
Du mardi au dimanche de 10h à 18h, jeudi jusqu’à 21h
www.bozar.be

congo art works

Chéri Chérin, Le chemin de l’exil, Kinshasa, 2004, Collection MRAC, droits réservés.

congo art works

Chéri Samba, Réorganisation, 2002, Collection MRAC, droits réservés

Discours de Lumumba Auprès des Congolais Tshibumba (Burozi), Lubumbashi, 1998, Collection MRAC, droits réservés.

Discours de Lumumba Auprès des Congolais Tshibumba (Burozi), Lubumbashi, 1998, Collection MRAC, droits réservés.

congo art works

Colonie belge, Ngoi M. Lubumbashi, sd, Collection MRAC, droits réservés

congo art works

La vendeuse de pagne, Chéri Chérin, Kinshasa, 2002, Collection MRAC, droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.