Les deux pieds bien à plat sur le sol. Les genoux légèrement pliés. Le dos droit. Menton légèrement rentré. La respiration calme. Vous voilà dans la posture idéale pour découvrir et apprécier Seeing Zen, les œuvres d’art zenga présentées à la Villa Empain jusque fin janvier.

Dans la pénombre de l’entresol de la villa, les 60 encres sur papier, encollées sur des rouleaux de soie, sont une merveille. L’âme s’y nourrit bien plus que dans l’exposition Decor. Celle-ci, ouverte depuis septembre aux rez et premier étage de la Fondation Boghossian, présente des artistes qui transgressent les frontières de l’art érigé en concept distinct de l’objet décoratif. Ils remettent au jour une transversalité entre art et arts décoratifs qui avait disparu depuis le début du XIXe. Carl Andre dans le grand hall d’entrée. Marcel Broodthaers, Daniel Buren sur les vitres arrière du bâtiment, Warhol et ses coussins argentés et volants ou Rosemarie Trockel dans ce bâtiment où chaque élément d’architecture est lui-même un décor. Si le concept de l’exposition Decor est pertinent et intéressant, l’exposition reste pauvre en émotions. Le mieux est de se diriger au plus vite vers l’entresol !

Zenga signifie voir le zen à travers la peinture. Le zenga témoigne des idéaux zen – le zen étant une pratique de la méditation qui mène à une vigilance et une connaissance de soi. Ni théorie, ni religion, ni croyance, le zen est une pratique. Venue d’Inde, elle se diffuse en Chine et atteint son plein épanouissement au Japon au cours de la période Edo, à partir de 1600. A découvrir ici, 60 œuvres du XIVe au XXe siècle, d’artistes qui peignaient non pas pour créer une œuvre d’art mais pour offrir un outil de pratique du zen. Ces rouleaux sont issus de la collection Kaeru-An de Felix Hess, une des plus grandes collections zenga d’Europe.

Ces artistes se devaient d’être eux-mêmes dans un état de grande détente, à la fois centrés – comme on dit tant aujourd’hui – et présents dans leur main et le pinceau qu’elle tient. « Je développe mon enseignement à l’aide d’un pinceau et de l’encre au lieu de ma langue ; vous saisissez le sens des mots avec vos yeux », écrivait l’un d’eux. Chaque dessin est accompagné de quelques mots, dont on trouve la traduction sur le cartel. Ainsi, « La lune brillante est au centre du ciel. » Ou « Si tu demeures sur (La Froide Montage) pendant dix ans, tu oublieras certainement le chemin du retour à la maison. » Ou encore « La forme est le vide, le vide est la forme ! » Le cercle, une silhouette de méditant, une montagne, un dragon, une grenouille : les symboles sont simples et compréhensibles par l’œil en une seconde. Une seconde qui précède de longues heures de méditation, bien sûr ! Une méditation d’une heure accompagnée d’un maître zen est organisée tous les lundis à 12h30 jusqu’au 19 décembre. Y aller !

Seeing Zen
Fondation Boghossian – Villa Empain
67 avenue Fr. Roosevelt
1050 Bruxelles
Jusqu’au 29 janvier
Du mardi au dimanche de 11h à 18h
Méditation tous les lundis 9, 16 et 23 janvier 2017 à 12h30
Cérémonie du thé, dimanche 15 janvier 2017 à 11 h
www.fondationboghossian.be

Seeing Zen

Nakagawa Söen, vélo, Seeing Zen

Seeing Zen

Yamaoka Tessü, Grues, Seeing Zen

Seeing Zen

Yamaoka Tessü, Seeing Zen

Seeing Zen

Töshü Emyö, Mont Fuji Zen, Seeing Zen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.