Pour sa première exposition à la galerie Bastien Art GalleryLuis Pôlet présente une série de peintures à l’encre, trames et réseaux organiques et mouvants.

Dans la lignée de ses pairs de l’abstraction lyrique, Luis Pôlet peint le mouvement, le geste, sans aucun souci de figuration. Le fait de peindre, de marquer un support, dans un mouvement proche de la méditation, voilà ce qui importe à ce jeune artiste bruxellois. Né en 1985, il étudie à l’ESA le 75 puis voyage. De retour dans sa ville natale, il nourrit son inspiration de nombreuses collaborations : le street art avec Parole et Obêtre, la danse et la performance avec Corentin Delpierre et le jazz avec Manuel Hermia. Nous l’avions rencontré au moment de la formidable exposition collective Antefutur au Byhhr en 2014, où il présentait une performance mêlant danse et dessin.

Ici, sur toile ou sur panneau de bois, les réseaux organiques se déploient, mouvants, dansants sur des fonds préparés avec minutie. Ainsi, le panneau de bois va être recouvert de plusieurs couches de fond, soigneusement poncées une par une pour obtenir un velouté mat extrêmement fin. Sur cette surface laiteuse, blanche et crayeuse, Pôlet pose des taches de peinture. Puis des filaments, traits souples, écritures musicales. La palette de bruns et de vert passé est obtenue par un ancien procédé de séparation des couleurs à partir d’une même teinte. Des flaques de verts doux font comme des petites îles. Les traits sépia, beiges ou presque noirs dessinent par-dessus des cartes. Peut-être est-ce là le relevé cartographique d’une migration d’oiseaux mystérieux. Ici, l’empreinte à l’encre des palpitations cardiaques de l’artiste. Plus loin, des flots tranquilles, vaguelettes mues par une vie intérieure.

Peindre en musique dans l’atelier semble pour Luis Pôlet le moment d’une profonde méditation, d’une joie sincère et intime. En découvrir les traces sur de très grands formats ou de tous petits panneaux de bois – icônes des temps modernes – procure une joie identique. A ne pas manquer.


Luis Pôlet 
Nos Guerres Intérieures
Bastien Art
61 rue de la Madeleine
1000 Bruxelles
Jusqu’au 4 décembre
Du mercredi au samedi de 11h à 18h30
http://bastien-art.be/

Luis Polet

Luis Pôlet, Un Oiseau Rare, 2016, Bastien Art Gallery

Luis Polet

Luis Pôlet, Un Oiseau Rare, 2016, Bastien Art Gallery

Luis Polet

Luis Pôlet, Danses Binaires n°34, 2016, Bastien Art Gallery

Luis Polet

Luis Pôlet, Chants Binaires n°25, 2016, Bastien Art Gallery

Luis Polet

Luis Pôlet, Chants Binaires n°12, 2016, Bastien Art Gallery

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.