C’est un dialogue entre des artistes actuels et leurs pairs de l’avant-garde historique que Bozar propose avec l’exposition The Power of avant-garde jusqu’en janvier 2017, mettant en lumière des influences et connexions surprenantes.

Quand le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ouvrait ses salles en 1928, l’avant-garde – la première avant-garde historique – n’était déjà plus à la mode. On y montrait du classique, de l’art ancien et la mode du moment de Paris et d’ailleurs. On peut au demeurant se demander si les premiers avant-gardistes des années 1914-1918 furent réellement reconnus internationalement et financièrement avant les années 1950. Ce n’est donc pas une matière simple que propose Bozar. Mais l’exposition a deux grandes qualités : elle intrigue et n’est pas trop grande… Ou peut-être ne semble pas trop grande, grâce au découpage intelligent des salles classiques de Horta par des diagonales. Cela multiplie les points de vue et facilite les découvertes, car il y en a. Une idée à suivre ?

Parmi les découvertes, voyons les femmes – principalement en Russie – Udaltsova, Gonsharova, Rozanova, Popova et la Polonaise Kobro. Dans le triangle belge, on trouve Marthe Donas, enfin reconnue. L’avant-garde, terme militaire, reste fort masculin. Bien moins dans la dimension contemporaine, qui est le choix des curateurs. Il faut dire qu’ils ont visé la qualité et présentent des œuvres peu connues ici, tenant compte sans doute de la suite de l’exposition à Varsovie. Il y a un jeu de miroirs à travers tout le décor, qui vous permet ou vous force à regarder deux fois. Remarquez la salle Bauhaus en carte postale et une affiche pour une soirée dans l’atelier d’Itten. Regardez aussi un chef d’œuvre de Spilliaert en face de Rêveur à Tokyo de Koen Vermeule. Cela se tient, c’est cohérent et c’est la grande qualité de cette exposition originale.

The Power of the Avant-Garde – Now and Then
Palais des Beaux-Arts
23 rue Ravenstein
1000 Bruxelles
Jusqu’au 21 janvier 2017
Du mardi au dimanche de 10h à 18h, jeudi jusqu’à 21h
www.bozar.be

avant-garde

Oscar Jespers, Frieda, (c) MSK Gent, photo Michel Burez

avant-garde

Koen Vermeule, Tokyo Dreamer, 2011, courtesy Galerie Neue Meister, Dresden

avant-garde

Gino Severini, La danse de l’ours au Moulin Rouge, 1913, photo Centre Pompidou, MNAM-CCI, Philippe Migeat, (c) ADAGP

avant-garde

Prosper De Troyer, La Toilette Animée, 1920

avant-garde

Marthe Donas, Tête Cubiste, 1917, photo Cédric Verhelst

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.