Il vous reste trois semaines pour voir une passionnante petite exposition, Les Fauves brabançons, au FeliXart Museum de Drogenbos. Une occasion de découvrir, exactement 100 ans après son décès précoce, les artistes, collègues et amis qui entouraient Rik Wouters.

Installé dans un bâtiment moderne, à côté d’un grand verger et d’une ferme classée du XVIIIe avec potager et jardin de plantes aromatiques – domaine autrefois propriété du peintre abstrait Felix De Boeck (1898-1995) – le FeliXart Museum a ouvert ses portes en 1996. Il propose à la fois une sélection d’œuvres de Felix De Boeck, issues de la collection permanente, et des expositions en lien avec l’artiste.

En Belgique, les évolutions clairement distinguées par l’histoire de l’art s’avèrent à peine reconnaissables. Les artistes belges ont rarement suivi les lignes stylistiques tracées par leurs voisins. Leur parcours est souvent plus individuel et difficile à ranger dans les grands courants de l’art. Cela donne des œuvres qui mélangent de manière anachronique les influences impressionnistes, expressionnistes, futuristes et protocubistes.

Le choix des œuvres exposées est réalisé par l’artiste Nick Andrews (1972), artiste peintre que le FeliXart Museum a invité en tant qu’héritier de l’aventure fauve des premières décennies du XXe siècle. Dans le sillon de l’impressionnisme, et sous l’influence du fauvisme français, une variante belge apparut à Bruxelles et ses alentours. Le nom fauvisme fait référence à l’expression dénigrante que le critique d’art français Louis Vauxcelles utilisa pour qualifier les œuvres très colorées de Matisse, Derain et De Vlaminck au Salon d’Automne de Paris en 1905.

Autour de Wouters, voici une découverte, Ramah – pseudonyme de Henri-François Raemaekers qui fait un remarquable portrait en contreplongée de l’auteur de théâtre Elslander. On le voit planté fermement sur un tapis chamarré dans un intérieur bourgeois. Du même, une Femme en bleu au chapeau, volume blanc au visage masqué, sur fond bleu et vert.

Plusieurs peintres s’intéressent à représenter des intérieurs dans une vision intimiste où les traits et la couleur renforcent une atmosphère paisible et domestique. Charles Dehoy avec Lecture à la fenêtre avec table dressée et église Sainte Marie, Ferdinand Schirren avec Femme lisant, La repasseuse d’Anne-Pierre de Kat ou La cuisine de Louis Thévenet. Pointons Ma femme au piano d’Adolphe Wansart, au cadrage étonnant. Au premier plan, en contreplongée, un homme assis sur un fauteuil bleu, la tête posée sur le dossier, semble écouter avec passion la pianiste placée en haut à droite de la toile, en robe rouge et dont le corps penche fortement vers la droite, comme pour montrer qu’elle est emportée par la musique qu’elle joue. Ou encore La toilette, de Franz Van Montfort, dans l’esprit de Wouters.

De très nombreuses natures mortes, dont une merveille de 1912 signée Thévenet, présentant quelques pommes, une saladier, un pot à lait en argent. Un service à thé presque pointilliste de Jos Albert, une Nature morte (atelier) résolument fauve, une cafetière et d’autres objets sur fond de tapisserie aux couleurs vives, de Jean Brusselmans.

Un remarquable portrait en pied de Roger Avermaete (1893-1988), par Jan Cock, présente sur un fond chamarré – papier-peint et tapis aux motifs de couleurs vives – cet homme de lettres, critique d’art et fondateur en 1919 du groupe Lumière avec des intellectuels d’avant-garde. Chaque motif flottant autour de la silhouette de l’écrivain comme autant d’idées ou pensées qui le traverseraient. C’est une formidable petite exposition, à quelques minutes du centre de Bruxelles. Des Fauves brabançons à ne pas manquer !

Les Fauves brabançons
FeliXart Museum
6 rue Kuiken
1620 Drogenbos
Jusqu’au 2 octobre
Du jeudi au dimanche de 10h30 à 17h
www.felixart.org

Fauves brabançons

Ramah, Femme et planteur de tuteur, 1920, Musée Dhondt-Dhaenens

Fauves brabançons

Rik Wouters, L’église à Hoilaart, 1914, collection privée, courtesy Francis Maere Fine Arts Gallery, Gent-Deinze

Fauves brabançons

Rik Wouters, Salon chez Georges Giroux, 1912, Musée Dhondt-Dhaenens

Fauves brabançons

Louis Thévenet, La cuisine, 1924, Musée Dhondt-Dhaenens

Fauves brabançons

Anne-Pierre de Kat, La repasseuse, 1914, collection privée

Fauves brabançons

Ferdinant Schirren, Femme lisant, (s.d.), Collection de la Province d’Anvers

Fauves brabançons

Jan Cockx, Portrait de Roger Avermaete, 1919, Collection de la Province d’Anvers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.