Dans la foulée de l’exposition des peintres photoréalistes qu’on peut découvrir jusque fin septembre au Musée d’Ixelles, la MM Gallery présente Philippe Huart, un artiste français dont la virtuosité technique est à la fois époustouflante et fait froid dans le dos. Ses images léchées ne sont pas photoshopées mais peintes patiemment jusqu’à la désincarnation du sujet. Bienvenue dans un monde ultraparfait et glacé.

Ancien graphiste, Philippe Huart a notamment travaillé sur des pochettes d’albums de Serge Gainsbourg ou Jane Birkin. Du pop art qui l’a inspiré pendant de nombreuses années, il passe aujourd’hui à des œuvres plus personnelles. Au-delà du savoir-faire virtuose, derrière les reflets parfaits sur le métal de cette paire de ciseaux, de la touche de lumière dans cet iris ou de ces gencives légèrement rosées, ce qui saute à nos yeux, ce sont les thématiques d’effroi et de douleur qui sont développées par l’artiste.

Hyperréalisme et thématiques violentes font de chaque toile un fameux coup de poing. Que nous dit ce jeune homme de profil portant un masque à gaz ? Cette silhouette dont la tête est recouverte d’un sac ? Qu’exprime ce visage grimaçant en gros plan ? Cet amas de gélules colorées ? Philippe Huart y ajoute souvent un mot, en blanc sur le fond peint. Fear. Damage. On sent ici le graphiste qui maîtrise l’art de l’effet. Philippe Huart n’hésite pas à associer un œil et des médicaments, un pistolet et des bonbons, des Smarties et un ciel bleu. Y lire un message sur notre société, bien évidemment. Y lire un constat pas très drôle sur l’état du monde. Certes. Y voir aussi la jouissance de l’artiste maîtrisant parfaitement sa technique. Oui. Graphiques, colorées, parfaitement maîtrisées, ses toiles sont efficaces, punchy. On déplore pourtant un peu le manque de finesse dans les propositions. La poésie pourra-t-elle sauver le monde ? C’est la question.

Philippe Huart
Obsessions
MM Gallery
68 place du Jeu de Balle
1000 Bruxelles
Du 4 au 25 septembre
Du vendredi au dimanche de 11h à 17h
huart

Philippe Huart, See on evil, 2007, courtesy MM Gallery

huart

Philippe Huart, Rêve transversal, 2016, courtesy MM Gallery

huart

Philippe Huart, Damage control surgery, 2012, courtesy MM Gallery

huart

Philippe Huart, Affliction (Désir de violence), 2016, courtesy MM Gallery

huart

Philippe Huart, Masqué, 2016, courtesy MM Gallery

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.