Jacques de Loustal, Illustration à l’encre de Chine et à l’aquarelle pour la couverture du roman Tanger s’il y a lieu, publié aux Editions L’Entreligne en 1988, 15 x 21 cm, estimation 7-800 euros, lot 498 de la vente du 25 septembre 2016 de la Banque Dessinée – www.banquedessinee.be

Cette illustration dans le plus pur style de Loustal (°Neuilly-sur-Seine, 1956) est l’un des 737 lots proposés par l’Hôtel des Casernes et l’une des 15 pièces qui composent le Clin d’œil à Loustal, volet à part dans cette vente de septembre. L’occasion de (re)découvrir cet auteur de bandes dessinées (il a signé plus de 80 ouvrages à ce jour) qui est aussi un artiste virtuose et prolifique. Grand voyageur et coloriste génial, il a publié plusieurs recueils de carnets de dessins réalisés lors de ses nombreux périples aux quatre coins de la planète. Illustrateur tout azimut, il travaille pour l’édition et pour la presse (Libération, The New Yorker, Beaux-Arts Magazine, Geo, etc.), collabore avec des écrivains, publie des livres pour enfants, réalise des affiches pour le cinéma et se frotte même au monde de la pub (voir son illustration pour Vétérinaires sans frontières proposée entre 700 et 900 euros, lot 497).

Son style, reconnaissable entre tous, y est pour quelque chose. Cette façon simple d’aller à l’essentiel, de rendre des atmosphères aussi particulières que le silence, cet art de faire parler un dessin sans fioritures et de capter les émotions et les couleurs, ce côté graphique et architecturé, ont de quoi séduire. Ses dessins font volontiers penser à du Hockney ou à certains fauves ; ses ambiances ne sont pas sans rappeler celles de Wim Wenders. C’est tout un univers que cet ensemble rend dans ses différentes déclinaisons avec un magnifique dessin au fusain montrant des Pins parasols, comme on ne les a jamais vus mais que l’on reconnaît tout de suite (lot 499, estimation 600-700 euros), plusieurs vues de piscines en bord de mer (lots 500-501), des sérigraphies, des planches, des illustrations en lien avec Jules Verne et cette couverture énigmatique pour un ouvrage de l’écrivain Robert Briatte (lot 498). Ce récit onirique qui traite de la question de l’étranger et qui trouve à Tanger « le lieu privilégié pour être étranger » trouve sa synthèse et son point d’accroche dans cette vue figée presque fantomatique d’une place où tout est possible…

Parmi les autres pièces qui composent la vente, on peut relever quelques albums de Franquin et de Hergé, pas mal d’originaux dont deux très belles planches de Jean Giraud, pour ne citer qu’elles. Autre grande nouvelle du côté de Banque Dessinée, sa fusion annoncée d’ici 2017 avec Millon-Bruxelles. A suivre.

Loustal

Jacques de Loustal, couverture du roman Tanger s’il y a lieu, 1998, Banque Dessinée, (c) Banque Dessinée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.