La XXIVe Biennale internationale de la céramique bat actuellement son plein à Vallauris. Les œuvres d’une soixantaine d’artistes contemporains y sont à découvrir au fil de sept expositions réparties à travers la cité qui surplombe le golfe de Juan-les-Pins.

« Quelle que soit la diversité des cheminements artistiques empruntés par ces créateurs, leur point commun se perçoit dans leur capacité au dialogue, écrit Céline Graziani, coordinatrice de la manifestation, dans le catalogue édité pour l’occasion. Entre les techniques qui relèvent du domaine de la céramique et celles qui sont empruntées à d’autres champs artistiques ; entre les savoir-faire, les connaissances et les pratiques : celle de l’artiste, de l’artisan, du plasticien, du designer ; enfin, entre les cultures issues de différents continents. » Un dialogue que la Biennale s’est donné pour objectif de mettre en lumière « en réunissant ces artistes dans une même ville pendant quatre mois et en permettant au public, amateurs avertis ou néophytes, de (re)découvrir la richesse du matériau terre ». Sept expositions rythment le parcours de cette édition 2016. La première présente, au Musée Magnelli, les travaux des 28 artistes sélectionnés dans le cadre du concours, initié il y a 50 ans par les organisateurs de l’événement. Les quatre lauréats désignés cette année sont les Français Marc Alberghina – récipiendaire du Grand Prix pour son installation Autocombustion spontanée – et Patrick Loughran, l’Autrichienne Helene Kirchmair et l’Irlandais Brendan Lee Satish Tang. (…)

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article  sur www.artshebdomedias.com

vallauris

Patrick Loughran, Garden of Eden, (c) Patrick Loughran, photo Sylvain Deleu

vallauris

Maeng Wook Jae, The Imperceptibles, (c) Maeng Wook Jae

vallauris

Anders Moller and Kristina Steinbock, Purification of her porcelain spirit, (c) Anders Moller and Kristina Steinbock

vallauris

Livia Marin, Broken things, (c) Livia Marin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.