Après une première collaboration réussie ayant mené à l’exposition Eppur Si Muove – présentée de juillet 2015 à janvier 2016 au Mudam Luxembourg –, le Musée des arts et métiers de Paris et le musée d’art moderne luxembourgeois poursuivent leur exploration conjointe des liens arts-sciences à travers Laboratoires de l’art. L’événement prend la forme d’un dialogue multiple entre les œuvres d’une vingtaine d’artistes contemporains internationaux et des pièces témoignant de quelques-unes des inventions essentielles des trois derniers siècles, les premières étant pour la plupart issues de la collection du Mudam, les secondes de celle de l’institution parisienne, où l’exposition se tient jusqu’au 4 septembre.

Expérience est le mot d’ordre. Notion commune aux recherches scientifiques et artistiques, elle est le fil rouge de l’exposition qui se décline en cinq grandes thématiques : Invitation à l’expérience, Formes déployées, Jeux d’optique, Manifestations de l’invisible et Figures acoustiques. « Certaines œuvres auraient eu du mal à être exposées ici, de par leur modernité, explique Lionel Dufaux, l’un des commissaires de la manifestation pour le Musée des arts et métiers. Nous avons donc travaillé avec le Mudam sur des propositions et des noms d’artistes. Puis, nous avons sélectionné les pièces qui dialoguaient avec leurs créations, en puisant dans notre collection, qui rassemble pas moins de 80 0000 objets ; une façon de donner une dimension historique à l’exposition. » Ainsi, salles et couloirs de l’ancien collège bernardin prennent l’aspect d’un laboratoire atypique, résonnant de l’écho produit par la rencontre entre chercheurs d’hier et d’aujourd’hui, témoignant de l’inspiration mutuelle dont ont de tout temps bénéficié scientifiques et artistes.

Le parcours débute par la mise à l’honneur du célèbre pendule de Foucault – créé en 1851 par le physicien parisien du même nom, il permit de démontrer de façon tangible que la terre tournait sur elle-même –, qui dialogue avec l’étude préparatoire de L’Observatoire de Piotr Kowalski (1927-2004) – à travers lequel l’artiste entendait rendre hommage au scientifique – et l’œuvre vidéo de Guido Van Der Werve : The Day I Didn’t Turn with the World (Le jour où je n’ai pas tourné avec le monde). (…)

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article  sur www.artshebdomedias.com

arts et métiers

Attila Csörgö, Untitled, (c) Attila Csörgö, photo V. Puaux

Conrad Shawcross, Slow Arc Inside a cube IV, (c) Conrad Shawcross, photo V. Puaux

Conrad Shawcross, Slow Arc Inside a cube IV, (c) Conrad Shawcross, photo V. Puaux

arts et métiers

The Day I Didn’t Turn with the World (arrêt sur image), Guido Van Der Werve, (c) Guido Van Der Werve

arts et métiers

Véronique Joumard, Paravent, (c) Véronique Joumard, photo V. Puaux

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.