Le château de Fernelmont, quadrilatère dont les briques rouges et les pierres se reflètent dans les étangs qui l’entourent, possède un donjon du XIIIe siècle, un bâtiment résidentiel du XVIe et une basse-cour de la seconde moitié du XVIIe précédant l’ensemble. La première mention de Fernelmont remonte en 1269 lorsque le cadet des Noville reçut cette terre en friche pour y créer son domaine. Cet édifice remarquable dans la campagne namuroise est classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Depuis 10 ans, il accueille en été le Fernelmont Contemporary Art Festival, créé par l’artiste argentin Gustavo Urruty.

Avec une grande liberté et un œil exercé, Urruty sélectionne, mélange et met en scène un grand nombre d’artistes, connus ou inconnus, qu’il aime et qu’il a repérés dans ses pérégrinations durant l’année. Dans ces lieux chargés d’histoire, sur les murs parfois cabossés et sur la pierre patinée, les œuvres prennent une saveur particulière. Le ton d’aujourd’hui dialogue avec l’Histoire, les pièces sont mélangées aux meubles et œuvres anciennes. C’est une belle réussite, qui est visible tous les week-ends de l’été et jusqu’au 11 septembre.

Le thème de cette année, The Power of Love, nous mène au fil des œuvres dans le réseau créé par la force et l’esprit de l’amour, dont la femme est le centre. Depuis Aphrodite et Vénus, la femme est passée de symbole de l’amour à muse, modèle, compagne pour être aujourd’hui actrice à part entière du monde de l’art. On trouve donc cette années aux murs centenaires du château un grand nombre d’artistes femmes.

Commençons par la sublime vidéo de Charley Case & Thomas Israel projetée sur le mur bosselé du donjon. Une jeune femme nue installée sur une cascade jaillissante met au monde un enfant. Traversons la ravissante cour carrée pour entrer dans le château. Un masque de Margaux Fontaine, une série de photos de Marie Denis vous accueillent. Dans la salle des armes, une petite œuvre fragile en papier doré, de Baptiste Debombourg & David Marin, une très belle photo de Ivan Argote. A l’étage, les photos de jeunes filles de Jenni Holma précèdent une grande salle occupée par un cerveau doré plutôt obsédé de Jan Fabre et une longue œuvre de Samuel François, sorte de graduation de l’état amoureux.

Plusieurs toiles de l’artiste française Champion Métadier éclairent de leur présence lumineuse un grand salon. Un petit bronze de Thomas Israël, les squelettes habités de Magali Lambert, etc… Sans compter quelques œuvres de l’organisateur, Gustavo Urruty. Une fameuse brochette d’artistes, en un propos plein de subtilité, présentant une vision délicate et secrète de la féminité et de l’amour. Une belle balade à faire !

Fernelmont Contemporary Art Festival
Château de Fernelmont
77 route des Combattants
5380 Fernelmont
Jusqu’au 11 septembre
Du vendredi au dimanche de 14h à 19h 

fernelmont

Jan Fabre, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Thomas Israël, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Pascal Bernier, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Marie Denis, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Muriel de Crayencour, La Famille, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Debombourg et Marin, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Charley Case, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

fernelmont

Charley Case et Thomas Israël, Fernelmont Contemporary Art Festival 2016, photo G. Urruty

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.