Jean Lemaire (attrib.), Architecture classique avec le Christ et la femme adultère, toile, 146 x 197 cm, lot 48, estimation 18-22.000 euros, vente PBA les 3 et 4 juillet – www.pba-auctions.com

PBA entame l’été avec une vente aussi originale qu’inédite puisqu’il s’installe quelques jours au Predio Morell sur l’île de Majorque, le temps de disperser la collection d’un certain Juan Truyols Rovira, héritier d’une riche famille espagnole de collectionneurs. Ses aïeux ont cultivé le goût des belles choses dès le XVIIe siècle. Leur passion s’est transmise de génération en génération, tout bénéfice pour la collection qui s’est enrichie d’artéfacts, de meubles et de bijoux jusque très récemment. Mais aujourd’hui, tout ce que contient cette magnifique demeure seigneuriale est mis en vente in situ.

Tableaux de maîtres italiens, français, espagnols ou flamands ; meubles majorquins ou anglais ; sculptures, pièces d’argenterie, de porcelaine et de décoration d’ici, du continent ou de provenances plus exotiques sont mis à l’encan. Ce sont en tout près de 500 lots qui sont à pourvoir, dans un cadre idyllique, propice aux rêves de vacances dans des paysages enchanteurs… La nature mais aussi l’architecture y sont pour quelque chose. Les lots n’ont pas été déplacés pour la vente, ce sont les amateurs qui sont invités à venir les découvrir dans leur environnement. Et il est fort à parier que l’endroit – dont certaines parties remontent au XIIIe siècle – séduira les visiteurs qui auront l’occasion de découvrir l’univers de Juan Truyols dans son intégralité, passant des pièces de réception au jardin et aux fourneaux d’une cuisine qui respire encore certaines traditions insulaires (mortier en pierre, moule à fromage en bois, tabouret de traite, etc.).

Tout est à vendre, de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers pour les lots phares comme cette paire de défenses d’éléphant estimée entre 30 et 50.000 euros, ces montres de collection (une Patek en or rose est annoncée autour des 15-25.000 euros) ou plusieurs œuvres signées de la main d’artistes reconnus. C’est le cas des sculptures de Righetti dont le bronze d’Hercule Farnèse est attendu autour des 12-15.000 euros ou du Portrait du Grand Maître Ramon Despuig Martinez de Marcilla (1690-1741), illustre ancêtre de l’actuel propriétaire, immortalisé en 1737 par le peintre Henri Regnaud, estimé entre 14 et 16.000 euros.

Une grande toile classicisante attribuée à Jean Lemaire (1598-1659), artiste proche de Poussin qui séjourna à Rome et fut parmi les initiateurs du paysage archéologique, devrait également réaliser de belles enchères (lot 48, estimation 18-22.000 euros). Des bijoux mais aussi une ménagère en vermeil aux armes de la famille, des lits à baldaquin, une batterie de cuisine en cuivre et des œuvres d’artistes majorquins d’aujourd’hui complètent cette offre unique dans un cadre qui l’est tout autant. A voir, ne fût-ce que virtuellement sur le site de PBA.

Jean Lemaire

Jean Lemaire (attrib.), Architecture classique avec le Christ et la femme adultère, pba-auctions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.