Exemplaire numéroté de l’édition originale de l’ouvrage de Félicien Marceau, Les Années courtes, 1968, dans une triple reliure signée Micheline de Bellefroid, lot 352, estimation 1-1.500 euros chez Ferraton – www.ferraton.be

On connaît davantage l’homme de théâtre que le bibliophile. L’un va pourtant de pair avec l’autre. Car il va sans dire que la carrière de Claude Etienne (1917-1992), de son vrai nom Adrien-Constant De Backer, puise sa substance dans les livres. Acteur, metteur en scène et directeur du Rideau de Bruxelles qu’il fonda en 1943, l’homme est l’un des premiers à avoir développé une politique de commande, révélant au public plusieurs auteurs dramatiques belges de l’immédiat après-guerre, comme Paul Willems ou Jean Sigrid. Cet artisan du renouveau du théâtre d’après-guerre, qui a formé et dirigé de nombreux comédiens belges comme Alexandre von Sivers, Philippe Volter ou Jean-Paul Comart, a un palmarès impressionnant. A 80 ans, il était d’ailleurs encore sur scène dans son théâtre bruxellois pour Conversations avec Borgès avec Pietro Pizzuti ! Ses livres sont le reflet de son métier et de sa passion pour les planches, les livres et les belles reliures.

Le libraire Alain Ferraton met aux enchères, ce 17 juin 2016, quelque 80 lots provenant de sa bibliothèque. Les livres qui composent cet ensemble sont majoritairement le fait d’auteurs belges mais aussi français. On y trouvera des textes de Camus, Mauriac, Daudet, Cocteau, Raymond Radiguet et surtout de nombreux Giraudoux. La plupart sont des éditions originales, parfois dans de belles reliures de Colette Bertin, agrémentées d’estampes ou dédicacées. Ces dédicaces singularisent volontiers les ouvrages ayant appartenu à l’homme de théâtre belge qui y apposait parfois son ex-libris. D’un très formel For M. Etienne/With my best regards d’Arthur Miller  à des notes plus personnelles du dramaturge Armand Salacrou qui l’affuble d’un « Cher et fidèle ami », elles montrent les liens de Claude Etienne avec les poètes et les écrivains de son époque. Elles racontent sa vie, ses affinités et sa soif de nouveauté par bribes et petits mots.

Quelques livres illustrés – celui de Jeanne Hovinne avant qu’elle ne devienne comédienne et même speakerine sous le nom d’Anne-Marie Ferrières – mais également des inédits émaillent cette vacation, comme ce tapuscrit annoté par Gide ou ce faux Baudelaire de Pascal Pia. Le must ? Ce magnifique exemplaire des mémoires de Félicien Marceau dans une reliure de Micheline de Bellefroid, dédicacé par l’auteur qui revient sur leurs jeunes années à l’époque du « 1er grenadier »…

Claude Etienne

Félicien Marceau, Les Années courtes, 1968, dans une triple reliure signée Micheline de Bellefroid, (c) Ferraton

A propos de l'auteur

Laure Eggericx

Chroniqueuse et journaliste"Historienne de l’art et plasticienne, j’alterne depuis des années la plume et le pinceau pour assouvir et communiquer ma passion de l’art, du patrimoine et de l’architecture. Journaliste pour différents quotidiens (Le Soir, La Libre ...) et magazines (Villas, Les Nouvelles du Patrimoine...), j’ai collaboré à de nombreux ouvrages et expositions concernant aussi bien artistes et artisans qu’architectes contemporains, sites historiques ou balades touristiques. Le marché de l’art est la plus récente corde à mon violon."Laure Eggericx est licenciée en histoire de l’art et archéologie (ULB), graduée en architecture d’intérieur (Saint-Luc-Essai) et diplômée en recherches graphiques et picturales (Académie JJ Gaillard).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.